Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Parlement va pouvoir étudier le financement à long terme du rail et de la route. Le Conseil fédéral lui a transmis mercredi deux messages à ce sujet. La bataille sera rude car toutes les régions veulent avoir leur part de gâteau et tout le monde passera à la caisse.

Côté routes, l'idée est d'ajouter quelque 376 kilomètres au réseau des routes nationales d'ici début 2014 afin de garantir la desserte de toutes les régions et adapter le réseau aux exigences actuelles. Le contournement de Morges (VD) et l'autoroute du Glattal seraient ainsi intégrés au réseau.

Il en coûterait 305 millions de francs par an au total. Les cantons en assumeraient 30 millions et la Confédération 275 millions. Résultat, la vignette auto devrait passer de 40 à 100 francs sauf pour les touristes qui pourraient acquérir un nouveau sésame valable deux mois au prix actuel.

Pour le rail

Les besoins ne sont pas moindres pour le rail. Non contesté, un nouveau fonds d'infrastructure ferroviaire (FIF) devra couvrir la production, l'exploitation et l'aménagement de l'infrastructure ferroviaire. Il sera alimenté par l'argent qui affluait jusqu'ici dans le Fonds pour les transports publics (1,8 milliard) et la Confédération y versera 2,3 milliards de francs.

Les cantons, qui devront débourser 200 millions par an, devraient financer eux-mêmes les installations d'accueil dans les gares comme les escaliers ou les quais. La Confédération assumerait en échange les infrastructures des chemins de fer privés, hors installations d'accueil.

Douloureux pour les passagers

Les pendulaires ne pourront plus déduire l'intégralité de leurs frais de transports pour l'impôt fédéral direct, mais seulement 3000 francs, soit un peu moins qu'un abonnement général 2e classe, afin de dégager 250 millions par an. Ils pourraient aussi voir le prix des billets augmenter de 10%. .

Le peuple aura le dernier mot. Le message sur le rail doit servir de contre-projet direct à l'initiative de l'Association transports et environnement (ATE) qui veut affecter les recettes de l'impôt sur les huiles minérales à parts égales à la route et au rail.

ATS