Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La hausse du Dow est entièrement à mettre au crédit d'Apple, selon First Standard Financial. La performance de l'entreprise américaine a emporté dans son sillage le Dow (archives).

KEYSTONE/AP/MARK LENNIHAN

(sda-ats)

Le Dow Jones a clôturé pour la première fois mercredi au-dessus de la barre symbolique des 22'000 points à Wall Street. Il a été porté par l'envolée du titre Apple au coeur d'une saison de résultats en majorité meilleurs que prévu.

Selon les résultats définitifs, l'indice vedette de la place new-yorkaise a gagné 0,24% ou 52,32 points à 22'016,24 points. Le Dow Jones Industrial Average bat ainsi son précédent record pour la sixième séance consécutive.

Le président Donald Trump s'est félicité de cette performance. "Nous avons un taux de croissance, un PIB, bien plus élevé que ce que tout le monde anticipait", a-t-il souligné. "Ca va continuer à grimper. On y travaille", a-t-il ajouté.

Le Nasdaq, à dominante technologique, est resté quasi stable, lâchant 0,29 point à 6.362,65 points. L'indice élargi S&P 500 a pris 0,05% ou 1,22 point à 2.477,55 points.

Point d'ancrage

Après avoir ouvert en nette hausse, les trois indices ont perdu de leur élan. Le Nasdaq et le S&P 500 ont ensuite passé la majeure partie de la séance dans le rouge.

"Ces 22'000 points représentent un niveau important psychologiquement. Souvent quand on arrive à un chiffre rond comme celui-là, le marché fait une pause", a relevé Adam Sarhan de 50 Park Investment.

"Ce niveau devient ensuite un point d'ancrage, les investisseurs attendant de voir si le marché peine à le franchir vraiment ou s'il peut le dépasser", a-t-il avancé pour expliquer la timidité du Nasadq et du S&P 500. "Il s'est passé la même chose (mardi) avec le baril de pétrole autour des 50 dollars", a ajouté le spécialiste.

Emporté par Apple

"La hausse du Dow est entièrement à mettre au crédit d'Apple", a remarqué Peter Cardillo de First Standard Financial. La performance de l'entreprise américaine à la plus forte capitalisation boursière, plus de 800 milliards de dollars (776,66 milliards de francs), a emporté dans son sillage le Dow, dont il est l'un des principaux composants.

Soutenu par la solidité des ventes de son produit-phare, l'iPhone, le groupe à la pomme a dévoilé des résultats trimestriels supérieurs aux attentes ainsi que de bonnes prévisions pour le trimestre en cours.

De façon générale, les résultats trimestriels des entreprises se révèlent satisfaisants. Le bénéfice par action des entreprises du S&P 500 devrait en moyenne augmenter de 9,9% sur un an au deuxième trimestre et de 11% sur l'ensemble de l'année, a relevé Sam Stovall de CRFA en citant les chiffres de S&P Capital IQ.

Le marché obligataire évoluait sans direction: le rendement des bons du Trésor à 10 ans, qui évolue à l'inverse du prix des obligations, augmentait vers 20h15 GMT (22h15 en Suisse) à 2,266%, contre 2,253% mardi soir. Celui des bons à 30 ans baissait à 2,848%, contre 2,857% la veille.

ATS