Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FC Bâle disputera les barrages de la Ligue des champions. Les Rhénans se sont reposés sur leur succès 3-1 à l'aller pour maîtriser Lech Poznan au Parc Saint-Jacques (1-0/Bjarnason à la 91e).

Le FCB connaîtra vendredi sur le coup de midi le nom de son adversaire du prochain tour (18/19 et 25/26 août) à l'issue d'un tirage au sort où il sera tête de série. La probabilité d'entendre l'hymne de la Ligue des champions dans le Joggeli une troisième saison consécutive est donc importante.

Puisque seul compte le résultat, le champion de Suisse a réussi une performance louable. D'autant que Poznan a, contrairement à la semaine passée, fait honneur à son rang de champion de Pologne, titre qui mérite d'être pris au sérieux. N'ayant pas d'autre choix que de marquer trois fois, les hommes de Maciej Skorza ont, d'une certaine façon, dominé la rencontre. Mais, bien que doté de qualités indéniables, le Lech n'avait pas suffisamment de talent en attaque pour faire la différence. La faute également à la bonne performance d'ensemble de l'arrière-garde rhénane, appliquée, combative et souvent bien placée.

Alors, entre ceux qui ne voulaient peut-être pas vraiment et ceux qui de toute évidence ne pouvaient pas plus, les 18 196 spectateurs n'ont dû se contenter que de quelques miettes en guise d'occasions franches. On relèvera néanmoins que, d'une manière générale, Tomas Vaclik a eu un peu plus de travail que son homologue Jasmin Buric, notamment en sortant une splendide parade au sol sur un tir croisé de Lovrencsics (79e).

Il demeure tout de même une question à aborder: celle du niveau réel de ce FCB millésime 2015/16. Bien payés à l'aller, les Rhénans n'ont jamais tremblé pour leur qualification alors que l'adversaire n'était pas, redisons-le, n'importe qui. Reste cette désagréable impression d'un champion de Suisse sans trop d'idées dans le jeu, dont la prestation solide défensivement mais au mieux correcte balle au pied n'est pas uniquement à imputer à la sécurité née du 3-1 en Pologne. En toute honnêteté, cette tête victorieuse de Bjarnason classe ce match dans la catégorie du hold-up.

ATS