Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FC Bâle change de propriétaire.

Une grande majorité des 2389 membres du club réunis en assemblée générale extraordinaire dans la cité rhénane ont approuvé la vente de plus de 90 % des parts de la holding du FCB à l'homme d'affaires local Bernhard Burgener (59 ans).

Celui-ci a acquis exactement 90,6 % des actions, qui étaient détenues jusqu'à présent par le président Bernhard Heusler et par Georg Heitz. La holding elle-même est propriétaire de 75 % de la société qui gère l'équipe professionnelle.

Les anciennes stars Alexander Frei (conseiller stratégique), Massimo Ceccaroni (responsable de la relève) et Marco Streller (directeur sportif) doivent faire leur entrée dans la nouvelle équipe dirigeante, au sein de la commission technique, sous réserve de l'approbation - une formalité en principe - en assemblée générale le 9 juin. Ruedi Zbinden reste par ailleurs responsable de la détection de talents. Bernhard Burgener, le nouvel homme fort au conseil d'administration, entend par ailleurs engager un CEO.

Marco Streller s'est dit plein d'enthousiasme face à ce nouveau défi ("je brûle d'envie") mais a avoué s'être posé la question de savoir s'il serait à la hauteur de la tâche.

Le prix de vente reste confidentiel. Selon des estimations du "Blick", il se situerait entre 10 et 12 millions de francs.

Ancrage régional

Bernhard Burgener se plaît à répéter qu'il est un homme du cru. Il est né à deux pas du Stade Saint-Jacques (l'ancien nom de l'enceinte). Issu d'un milieu modeste, l'entrepreneur a bâti sa fortune en multipliant les activités: une vidéothèque d'abord, puis dans dans l'industrie du film, le football (commercialisation de la Ligue des champions), la télévision (Sport 1), et même l'Eurovision et la boxe.

Il a promis de conserver le fort ancrage régional du club. "Les supporters resteront au centre de l'attention. C'est avec eux que nous irons chercher le succès." L'idée est de "produire" des idoles locales, au fort potentiel d'identification. Les nouveaux patrons, en cela, se rapprochent volontiers du modèle de l'Athletic Bilbao, qui mise sur les footballeurs du Pays basque. Mais il y a du pain sur la planche: Taulant Xhaka est actuellement le seul joueur de l'équipe première à avoir fait ses classes au FCB. "Les fans sont la principale richesse du club", a relevé la nouvelle équipe dirigeante.

Cette solution "est une chance pour le FC Bâle", a assuré le patron sortant, Bernhard Heusler. S'il devait y avoir encore un nouveau changement de propriétaire, l'accord des membres du club (ceux convoqués lors de l'assemblée de vendredi) sera à nouveau requis. De quoi contribuer à éviter des solutions hasardeuses.

Le FC Bâle, sous l'ère de Bernhard Heusler et, avant lui, de Gigi Oeri, est devenu un "mastodonte" à l'échelle suisse. Il dégage un chiffre d'affaires de plus de 100 millions de francs, une puissance financière qui le rend intouchable au plan national. Le club s'apprête à décrocher un huitième titre de champion d'affilée et disputera la finale de la Coupe de Suisse contre Sion, le 25 mai à Genève.

Bernhard Burgener a par ailleurs promis qu'en cas de bénéfice de la société, la moitié des gains - pour autant qu'il n'y ait pas de dettes - sera reversée sous forme de dividendes. Pour 2017, l'objectif financier est de dégager un bénéfice d'exploitation de 10,3 millions de francs.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS