Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Festival international de films de Fribourg (FIFF) a livré les grandes lignes de son programme 2012 lundi dans le cadre des 47es Journées de Soleure. La 26e édition du festival, la première sous la houlette de Thierry Jobin, mettra à l'honneur le cinéma du Bengladesh.

La compétition internationale, le programme de courts métrages, des westerns du monde entier à la section cinéma de genre, un coup de projecteur sur une dizaine de films bengalais à l'enseigne des nouveaux territoires et des programmes réunissant des personnalités suisses: tels sont les principales rubriques du FIFF qui se tiendra du 24 au 31 mars.

La compétition internationale et la compétition de courts métrages sont les points forts de la programmation du festival. Il faudra cependant attendre le 7 mars, et une conférence de presse à Fribourg, pour connaître leurs titres ainsi que ceux des 100 films du cru 2012.

Les deux compétitions seront complétées par des sections parallèles thématiques qui proposent chaque année une orientation nouvelle. Par exemple la section "Décryptage", au sein de laquelle un thème de société actuel sera décortiqué. Cette année, l'attention est portée à l'image de l'islam en Occident.

Le Liban au programme de Chappatte

Autre thème: le cinéma des diasporas. A cette occasion une personnalité présente des souvenirs cinématographiques liés à son pays d'origine. Cette année, c'est le dessinateur de presse Patrick Chappatte qui propose une série de films du Liban.

Dans la section "Sur la carte de", un cinéaste dessine sa carte cinématographique personnelle. Pour 2012, c'est le doyen de l'animation suisse, Georges Schwizgebel, qui a concocté un tour du monde de l'animation.

Un hommage sera rendu au producteur jurassien Pierre-Alain Meier, inlassable jeteur de ponts entre l'Afrique et le Nord. La preuve, si nécessaire que la promotion de cinémas de pays en développement ou de cinématographies minoritaires reste une priorité du FIFF.

ATS