Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le numéro un suisse de l'énergie, dirigé par Jasmin Staiblin, remet en cause ces 175 millions d'euros tant sur le principe que sur le montant (archives).

KEYSTONE/STEFFEN SCHMIDT

(sda-ats)

Le fisc roumain a provisoirement estimé à 175 millions d'euros (197,6 millions de francs) le montant de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) que lui doit Alpiq. Le groupe énergétique valdo-soleurois conteste cette somme.

Le numéro un suisse de l'énergie a fait savoir, dans un communiqué diffusé lundi, qu'il utilisera toutes les voies légales de recours, tant au niveau local qu'international. Il remet en cause le chiffre articulé tant sur le principe que sur le montant.

L'entreprise ajoute qu'il s'agit d'un projet de décision, qui n'est pas en force. Elle va désormais faire valoir ses arguments auprès de l'autorité fiscale roumaine, l'ANAF.

Selon le groupe, Alpiq Energy, une de ses filiales, qui a son siège à Prague, en République tchèque, a toujours exercé son activité dans le respect des lois et des règlements européens en vigueur.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS