Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le FMI a entre autres légèrement relevé ses prévisions de croissance pour la Chine pour 2017 et 2018, tout en mettant en garde contre le risque "accru" d'un "brutal ralentissement" de la deuxième économie mondiale sur fond d'explosion de la dette (photo symbolique).

KEYSTONE/AP/ANDY WONG

(sda-ats)

Le Fonds monétaire international (FMI) a relevé mardi sa prévision de croissance mondiale. Mais, face à la persistance de risques multiples, il exhorte les pays à mettre le cap sur les réformes pour asseoir durablement la reprise.

Après une hausse de 3,2% en 2016, le produit intérieur mondial (PIB) devrait progresser de 3,6% cette année, et de 3,7% l'an prochain soit une légère amélioration de 0,1 point par rapport aux précédentes prévisions de juillet, indique le FMI dans son rapport semestriel sur la conjoncture internationale.

"La reprise mondiale se poursuit, et ce à un rythme plus rapide", résume le chef économiste du FMI, Maurice Obstfeld, relevant que "la photographie (de l'économie mondiale) est très différente de l'an passé quand l'économie mondiale était confrontée à une croissance chancelante et à des turbulences sur les marchés financiers".

Les pays de la zone euro, la Chine, le Japon et les Etats-Unis ont notamment contribué au regain d'optimisme du FMI. Pour 2017, leurs prévisions sont ainsi relevées respectivement à +2,1%, +6,8%, +1,5% et +2,2%.

L'actuelle accélération de la croissance est d'autant plus "remarquable" que pour la première fois depuis le début de la décennie, elle concerne un plus grand nombre de pays, souligne M. Obstfeld. La reprise est ainsi observée dans près des trois-quart des pays.

Incertitudes au Royaume-Uni

"Ces évolutions positives donnent des raisons d'être plus confiants, mais ni les politiques ni les marchés ne doivent s'en contenter", prévient Maurice Obstfeld. La reprise mondiale pourrait en effet ne pas être durable dans la mesure où elle n'est "pas totale" puisque 25% des pays qui ne profitent toujours pas de cette embellie.

En Europe, la prévision du Royaume-Uni est, elle, restée inchangée à +1,7% après avoir été abaissée de 0,3 point de pourcentage en juillet. Le FMI pointe du doigt à la fois le ralentissement de la consommation et l'incertitude à moyen terme liée aux conséquences du Brexit.

Se tournant vers les pays émergents et pays pauvres exportateurs de matières premières - en particulier d'énergies -, l'institution de Washington note qu'ils sont confrontés à des troubles civils et politiques que ce soit au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et subsaharienne ou en Amérique Latine.

Dans un contexte de risques persistants, les décideurs politiques doivent garder les yeux rivés sur le long-terme et saisir l'opportunité de mener des réformes structurelles et fiscales nécessaires pour accroître les capacités de résistance en cas de chocs à venir.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS