Toute l'actu en bref

Dans une année, la baguette pourrait être payée avec un "nouveau franc", si Marine Le Pen est élue présidente, selon son bras droit Florian Philipppot.

KEYSTONE/EPA/OLIVIER HOSLET

(sda-ats)

Les Français paieront leur baguette "en franc" dans une année si Marine Le Pen est élue présidente, a affirmé lundi le vice-président du Front national, Florian Philippot. De récentes déclarations ont jeté un flou sur la politique du FN et son calendrier.

Interrogé pour savoir si un an après l'arrivée de Marine Le Pen au pouvoir en cas de victoire face au centriste Emmanuel Macron, les Français paieraient leur baguette en franc ou en euro, M. Philippot a répondu sur la radio France Inter: "Vous la payez un an après très probablement en franc, en nouveau franc. Pas l'ancien, dans une nouvelle monnaie nationale".

Mme Le Pen a affirmé dimanche que la France aura "une monnaie nationale" si elle est élue présidente. La candidate a ajouté que cette monnaie nationale concernerait les achats quotidiens, tandis que l'euro "monnaie commune" concernerait uniquement "les grandes entreprises qui font du commerce international".

Référendum

Pour M. Philippot, les Français ne doivent pas avoir de doute sur l'ouverture de négociations avec l'Union européenne et la fin de l'euro comme monnaie unique. Après les négociations, au bout de six, sept ou huit mois, il y aura un "référendum afin que les Français puissent se prononcer sur l'accord qui aura été passé", a-t-il dit.

Marine Le Pen a régulièrement répété que, dès son élection elle entamerait une négociation avec l'UE pour "restituer au peuple français sa souveraineté monétaire". A l'issue de cette négociation, à laquelle elle accordait six mois, elle prévoit un référendum sur l'appartenance à l'UE.

Interrogée sur Europe 1, Marine Le Pen a précisé lundi que ces négociations porteront "sur toute une série de sujets, notamment notre liberté commerciale, la supériorité de nos lois, la maîtrise de nos frontières et puis cette monnaie unique". Selon elle, "l'important, c'est d'obtenir gain de cause pour que cette monnaie unique se transforme en monnaie commune".

Accord avec Dupont-Aignan

Mais de récentes déclarations ont jeté un flou sur la politique de l'extrême droite et son calendrier. La candidate a récusé dimanche toute "contradiction" sur l'euro après avoir affirmé samedi dans son projet d'accord avec le souveraniste Nicolas Dupont-Aignan que sortir de l'euro, mesure emblématique de son projet ces dernières années, n'était pas "un préalable" à toute politique économique.

Il y aura donc bien une sortie de l'euro ? "Oui bien sûr", a répondu M. Philippot. Mais "dans le temps de la négociation, on peut déjà faire des réformes économiques", a-t-il insisté.

ATS

 Toute l'actu en bref