Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La Banque nationale suisse (BNS) a dégagé l'an passé un bénéfice consolidé de 13,47 milliards de francs, après une perte de 19,17 milliards en 2010, à la faveur de plus-values sur les monnaies et l'or. Le fonds de stabilisation UBS a apporté 440,2 millions.

La seule maison mère a réalisé un bénéfice de 13,03 milliards de francs, contre une perte de 20,81 milliards lors de l'exercice précédent. L'occasion pour Thomas Jordan, vice-président de la BNS, de rappeler jeudi à Berne à quel point l'activité d'une banque centrale est soumise à la volatilité des marchés.

La BNS accusait encore une perte de 10,8 milliards de francs au premier semestre 2011. Après neuf mois, en revanche, elle affichait un bénéfice de 5,8 milliards. La décision de fixer le 6 septembre un cours plancher de 1,20 franc pour un euro, pour combattre l'appréciation continue du franc, a complètement changé la donne.

Monnaies étrangères et or

Du coup, les positions en monnaies étrangères ont été revalorisées pour contribuer au résultat de l'an passé à hauteur de 7,71 milliards de francs. La banque centrale a acquis des devises pour une contre-valeur de 17,8 milliards de francs en 2011.

L'or, dont la BNS possède 1040 tonnes, a permis d'engranger une plus-value de 5,39 milliards de francs. Le prix du kilogramme de métal jaune est ressorti à 47'473 francs à la date du bilan, contre 42'289 francs un an plus tôt. En 2010, la plus-value avait atteint 5,8 milliards.

Collectivités publiques

Le fonds de stabilisation, instauré en 2008 lors du sauvetage d'UBS, a apporté 440,2 millions de francs au bénéfice consolidé, en dégageant un résultat de +0,9 milliard. Une contribution toutefois en baisse par rapport au 1,64 milliard de 2010, du fait de la détérioration des marchés au deuxième semestre.

Quant à la Confédération et aux cantons, ils percevront, en vertu d'une nouvelle convention valable pour la période 2011-2015, un milliard de francs au titre de l'exercice écoulé, un tiers revenant à la première. La manne apparaît cependant bien érodée au regard des 2,5 milliards des années précédentes.

ATS