Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'arbre a été planté par le porte-parole du FSP, Bruno Vanoni, et la vice-présidente de l'organisation, Verena Diener.

KEYSTONE/MANUEL LOPEZ

(sda-ats)

Depuis 25 ans, le Fonds suisse pour le paysage (FSP) préserve la diversité du paysage cultivé suisse. Pour marquer cet anniversaire, le FSP a planté mardi un pommier sauvage au Palais fédéral à Berne.

L'arbre a été planté au pied des murs de soutènement de la terrasse du Parlement, en présence de la présidente du Conseil national Christa Markwalder (PLR/BE). Il symbolise les milliers d’arbres plantés grâce aux mesures d’encouragement du FSP, et rappellera la nécessité de sauvegarder et d’entretenir les paysages ruraux traditionnels, lit-on mardi dans un communiqué.

La diversité des plantes et les murs en pierres sèches sont des caractéristiques de nos paysages et il faut les préserver, a affirmé le Fonds suisse pour le paysage. Ce dernier favorise la sauvegarde et la restauration de paysages et de sites naturels ou culturels traditionnels. Planter de jeunes arbres et restaurer des murs marquant les contours du paysage figurent parmi les activités classiques soutenues par le FSP.

Havres de paix

"Ces paysages et leurs éléments caractéristiques offrent des havres de paix à la biodiversité, des biotopes diversifiés où peuvent s'épanouir végétaux et animaux", a rappelé Verena Diener, vice-présidente du FSP.

"Les paysages s'appauvrissent et perdent leur diversité et leur beauté": tel était le constat du président de la Confédération il y a 25 ans, lors de la fondation du Fonds suisse pour le paysage. Si tout n'a pas changé en un quart de siècle, les développements sont positifs et les améliorations réjouissantes.

Grâce au financement du FSP, ce sont 2360 projets qui ont été réalisés. "Il faut continuer à agir", a plaidé Verena Diener. Et le président Marc Suter de saluer la volonté des responsables locaux de mener à bien ces projets. Tous deux ont souligné la nécessité de pérenniser le mandat du FSP et de le doter de moyens supplémentaires.

ATS