Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le résultat du scrutin opposant Alexander van der Bellen (à gauche) et Norbert Hofer (à droite) avait été serré (archives).

KEYSTONE/AP/RONALD ZAK

(sda-ats)

Le Parti autrichien de la liberté (FPÖ) conteste officiellement le résultat de l'élection présidentielle du 22 mai. L'écologiste Alexander Van der Bellen avait remporté le scrutin de justesse aux dépens du candidat de la formation nationaliste.

"Nous ne sommes pas de mauvais perdants. Il en va des fondements de la démocratie et de l'Etat de droit", a justifié Heinz-Christian Strache, le chef du Parti de la liberté (FPÖ) lors d'une conférence de presse à Vienne. Il estime que le résultat du scrutin du 22 mai doit être remis en cause en raison "d'irrégularités épouvantables" et de "dysfonctionnements" que le parti dit avoir fait constater et analyser par un groupe de juristes.

Un recours de 150 pages en a résulté. Il est désormais entre les mains de la plus haute juridiction du pays, la Cour constitutionnelle, qui a reçu cette requête mercredi, au dernier jour du délai légal pour contester l'élection.

Quatre semaines pour décider

L'instance a désormais quatre semaines pour valider ou invalider l'élection alors que le vainqueur de la présidentielle, l'écologiste Alexander Van der Bellen, doit entrer en fonction le 8 juillet. Elle a aussitôt fait savoir qu'elle comptait rendre son verdict avant la prestation de serment de M. Van der Bellen.

Selon les résultats officiels annoncés près de vingt-quatre heures après la fin du scrutin, M. Van der Bellen l'a emporté avec 50,3% des voix et 31'000 voix d'avance seulement sur Norbert Hofer, le candidat du FPÖ.

Arrivé largement en tête du premier tour, le 24 avril, avec 35% des voix, Norbert Hofer avait reconnu sa défaite. Mais Heinz-Christian Strache a expliqué dans une interview diffusée samedi dernier par la radio Ö1 que le FPÖ contesterait très probablement le résultat de l'élection présidentielle en raison d'irrégularités.

ATS