Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'assureur français Axa se dit confiant dans sa capacité à atteindre les objectifs de son plan stratégique s'achevant fin 2015, après un premier semestre terminé sur des résultats en hausse. Son entité zurichoise Axa Winterthur a dégagé un bénéfice net en recul.

Sur les six premiers mois de l'année, le bénéfice net du groupe français a augmenté de 2%, à 3,1 milliards d'euros (3,3 milliards de francs), porté par les segments vie, épargne et retraite, ainsi que la gestion d'actifs.

Cette publication est conforme aux attentes des analystes, qui tablaient eux aussi sur un résultat net de 3,1 milliards d'euros, selon un consensus consulté par l'AFP.

A taux de change constant, le bénéfice net ressort cependant en baisse de 7%, pénalisé par un effet comptable qui fait apparaître une moins-value au niveau des dérivés au bilan du groupe, à cause de la hausse des taux.

Le groupe se targue, en outre, d'avoir enregistré un résultat opérationnel record, pour la première fois au-dessus du seuil de 3 milliards d'euros (3,1 milliards), en hausse de 12%.

Le directeur financier d'Axa, Gérald Harlin, a estimé lors d'une conférence téléphonique que le premier semestre de l'assureur avait été "très bon" et s'est dit "confiant" quant au fait d'atteindre les buts du plan stratégique.

Ainsi, l'objectif de réduction des coûts, à 1,9 milliard d'euros, est pratiquement réalisé puisque les économies récurrentes réalisées s'élevaient à 1,8 milliard fin juin.

"Nous sommes extrêmement confortables sur le fait qu'à la fin de l'année nous aurons atteint ou dépassé l'objectif total de 1,9 milliard d'euros", a relevé le directeur général d'Axa, Henri de Castries.

De même, le ratio d'endettement, à 23% à la même date, se situait déjà dans le bas de la fourchette visée, comprise entre 23% et 25%.

Parmi les autres éléments du plan "Ambition Axa" figurent une croissance annuelle du résultat opérationnel comprise entre 5% et 10% et un ROE courant compris entre 13% et 15%. Ce dernier a atteint 16,1% au cours du premier semestre, en baisse néanmoins de 0,6 point.

Envol du chiffre d'affaires

Le chiffre d'affaires semestriel s'est envolé de 10%, à 54,5 milliards d'euros, profitant de la baisse de l'euro. A taux de change constant, sa progression atteint 2%.

Dans le détail, le segment vie, épargne et retraite a vu ses revenus augmenter de 10%, à 31,9 milliards d'euros, et sa marge sur affaires nouvelles rester stable à 34%.

En dommage, le chiffre d'affaires a progressé de 8%, à 18,1 milliards d'euros, tiré par les marchés à forte croissance (+20%) et le segment de l'assurance en direct (+16%). Dans les zones matures, sa hausse s'est élevée à 5%.

Cette évolution est notamment due à des hausses tarifaires, qui ont concerné les particuliers (+1,9%) comme les entreprises (+1,8%).

Axa a également réussi à faire baisser de 0,6 point de pourcentage son ratio combiné (indemnisation des sinistres et frais généraux rapportés aux primes perçues), à 95,1%, profitant d'un moindre coût des catastrophes naturelles.

Un ratio inférieur à 100% témoigne du fait qu'un assureur est bénéficiaire grâce à sa performance technique.

Enfin, au niveau de la gestion d'actifs, les revenus ont également fortement augmenté, de 23%, à 2 milliards d'euros, tandis que la collecte nette était positive, aussi bien chez Axa Investment Managers (28 milliards d'euros), qu'au sein de la filiale américaine AllianceBernstein (7 milliards).

La France, premier marché de l'assureur, a signé une bonne performance au premier semestre, avec un chiffre d'affaires en hausse de 9%, à 8,3 milliards d'euros, tout comme les Etats-Unis (+23%, à 6,8 milliards).

En ce qui concerne son ratio de solvabilité, Axa affiche aussi sa solidité, puisque celui-ci atteignait 215% fin juin, en augmentation de 14 points par rapport à la fin 2014.

Axa Winterthur en recul

Axa Winterthur a pour sa part vu son bénéfice net reculer de 5,3% sur un an au premier semestre à 527 millions de francs. Le bénéfice d'exploitation s'est ainsi inscrit à 452 millions de francs, en repli de 0,7% par rapport au premier semestre de l'an passé.

Le volume des primes s'est contracté de 2,7% à 8,81 milliards de francs, a indiqué mardi l'assureur zurichois. Dans l'assurance dommages, les primes brutes ont crû de 0,2% à 3,04 milliards, tandis que le ratio combiné s'améliorait de 0,8 point à 85,6%.

Les primes brutes ont par contre plongé de 4,8% à 5,03 milliards de francs dans l'assurance vie collective, les activités nouvelles chutant de 18,1% à 161 millions. Dans l'assurance vie individuelle, le volume d'affaires a diminué de 0,4% à 738 millions et les affaires nouvelles de 4% à 642 millions.

ATS