Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les ministres du Commerce du G20, réunis ce week-end à Shanghai, se sont dits "engagés (dans le sens) d'une économie mondiale ouverte" et travailleront "davantage vers la libéralisation et la facilitation des échanges".

KEYSTONE/EPA FEATURECHINA/RAJ WONG

(sda-ats)

Les ministres du Commerce du G20 se sont dits résolus à doper les échanges internationaux pour stimuler l'économie mondiale. Il s'inquiétent de la montée des barrières protectionnistes en leur sein, des surcapacités sidérurgiques et des risques liés au Brexit.

"La reprise économique mondiale demeure inégale (...) Le commerce et l'investissement doivent rester les moteurs essentiels de la croissance", ont assuré dans une déclaration les ministres et délégations des vingt grandes puissances réunis à Shanghai, dont les pays représentent au total quelque 80% du commerce planétaire.

Le tableau est morose: le rythme de progression des échanges internationaux s'est effondré après la crise financière, stagnant sous 3% par an depuis 2009, contre plus de 7% lors des deux décennies précédentes. L'Organisation mondiale du commerce (OMC) n'est guère plus optimiste pour cette année.

En réaction, "nous restons engagés (dans le sens) d'une économie mondiale ouverte, et nous travaillerons davantage vers la libéralisation et la facilitation des échanges", a affirmé le ministre chinois du Commerce Gao Hucheng, citant les termes approuvés par les participants à la rencontre.

Restriction d'échanges record

Le souci, c'est que les pays du G20 ne jouent que partiellement le jeu: leur communiqué de Shanghai reconnaît "avec inquiétude" la montée des mesures protectionnistes adoptées par les propres membres du groupe.

"En dépit d'engagements répétés, le nombre de nouvelles mesures imposées par les membres du G20 et restreignant les échanges de biens et services atteint un rythme mensuel record depuis que l'OMC a commencé ses décomptes en 2009", s'alarme-t-il.

Ces mesures pénalisent le fret, et affectent aussi bien l'industrie électronique que les produits agricoles, prévient Robert Koopman, chef économiste de l'Organisation mondiale du commerce (OMC), rencontré en marge du G20.

La Chine "déjà dans l'action"

La Chine est particulièrement visée: ses aciers sont sous le coup de multiples mesures antidumping de l'Union européenne (UE), et de taxes prohibitives infligées par les Etats-Unis, Pékin étant accusé d'inonder le monde d'acier bon marché pour soulager les surcapacités colossales de ses sidérurgistes. Elle produit à elle seule la moitié de l'acier mondial.

Le sujet s'est invité dans les discussions shanghaïennes - mais la déclaration finale se contente de décrire ces "capacités excédentaires" comme "un problème mondial exigeant des réponses collectives".

Devant la presse, le vice-ministre chinois au Commerce Wang Shouwen s'est agacé: "Pendant que certains pays (également responsables) débattent encore des mesures souhaitables, les autorités chinoises sont déjà dans l'action" pour restreindre l'appareil de production des groupes étatiques.

Ratification du TFA à accélérer

Le dossier sidérurgique avait pesé lourd dans le récent vote du Parlement européen appelant à refuser l'octroi à Pékin le statut privilégié d'"économie de marché". Washington fustige de son côté des "distorsions du marché".

A l'instigation de Pékin, les pays du G20 ont par ailleurs appelé dimanche à accélérer le processus de ratification de l'Accord sur la facilitation des échanges (TFA).

Conclu dans la douleur fin 2013 à Bali pour réduire les frais douaniers, il doit être ratifié par les deux tiers des membres de l'OMC pour entrer en vigueur. Récemment, plusieurs pays du G20 (Argentine, Canada, Indonésie...) manquaient à l'appel.

Conséquences du Brexit

Enfin, la déclaration salue l'émergence de zones régionales de libre-échange, établies en marge de l'OMC, mais plaide pour qu'elles restent ouvertes à de nouveaux membres - et ce alors que Pékin et Washington s'opposent dans deux projets concurrents en Asie-Pacifique.

Plus généralement, le directeur général de l'OMC Roberto Azevedo s'est inquiété de la montée d'une "rhétorique protectionniste extrêmement nocive", à l'heure où l'OMC patine, que les discussions sur le traité transatlantique TTIP calent sur fond de vif mécontentement populaire, et que les discours populistes faisant du libre-échange un épouvantail gagnent du terrain.

Enfin, non évoquée explicitement dans la déclaration finale, la décision des Britanniques de quitter l'Union européenne (UE) était dans tous les esprits. Londres devrait être contraint de renégocier de nouveaux accords commerciaux avec l'UE et les 58 pays liés au bloc continental par des accords de libre-échange, un casse-tête.

Le vice-ministre Wang a reconnu que les turbulences liées au Brexit "auront évidemment des conséquences à court terme pour le commerce mondial". Mais, ajoutait-il, "si jamais le Royaume-Uni rencontre des limitations après avoir quitté l'UE, le groupe de travail du G20 sera heureux de lui prodiguer ses conseils."

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS