Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les pays du G20 ont lancé dimanche à l'Europe un appel ferme à se décider sur la dimension de son bouclier contre la crise de la dette. Objectif: que les Vingt-Sept ne relâchent pas leur effort même si les tensions sur les marchés financiers se sont apaisées.

Le renforcement du pare-feu européen est "essentiel" avant que les ressources du Fonds monétaire international (FMI) soient renforcées, ont estimé les ministres des Finances du G20 réunis en sommet à Mexico.

Les grands argentiers de la planète ont réfléchi ce week-end à la manière d'éviter une propagation de la crise de la dette souveraine européenne à l'ensemble de l'économie mondiale. En combinant les ressources existantes et de nouveaux financements, ils entendent porter à près de 2000 milliards de dollars le pare-feu entourant la zone euro.

Fermeté

Cette réunion tombe quelques jours avant un sommet de l'UE, jeudi et vendredi, qui doit notamment discuter la dimension du Mécanisme européen de stabilité (MES) prévu pour entrer en vigueur en juillet.

Un responsable gouvernemental allemand proche de la chancelière Angela Merkel a cependant estimé dimanche que le MES disposait déjà des fonds adéquats et que Berlin ne voyait pas l'utilité d'une combinaison du MES et du Fonds européen de stabilité financière (FESF).

A Mexico, toutefois, les négociateurs présents au sommet du G20 ont laissé entendre un autre son de cloche, celui d'une Allemagne plus souple.

ATS