Le gel a causé des dégâts à la vigne valaisanne

 Toute l'actu en bref

Les Valaisans ont allumé leurs chaufferettes dans les vergers.

KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD

(sda-ats)

La vague de froid qui s'est abattue sur la Suisse a déjà causé des dégâts aux cultures. En Valais, le gel nocturne a fortement endommagé plus de 550 hectares de vignoble sur les quelque 5000 que compte le canton, selon une première estimation.

Il est encore trop tôt pour dresser un bilan précis, ont annoncé les autorités valaisannes jeudi dans un communiqué. L'Office de la viticulture a procédé à une première évaluation.

Durant la première nuit, du mardi au mercredi, le gel a touché principalement les parcelles de vigne de plaine et de bas de coteaux. Plus de 550 hectares ont été fortement endommagés entre Sion et Martigny.

La deuxième nuit, du mercredi au jeudi, a été encore plus froide, généralisant les dommages sur l'ensemble du vignoble valaisan, de Martigny à Viège. Jeudi après-midi, il n'était pas encore possible de mesurer l'ampleur des surfaces supplémentaires concernées par cette deuxième nuit glaciale.

Pas fini

La situation pourrait encore s'aggraver avec les températures très froides annoncées pour les nuits de jeudi à vendredi et de vendredi à samedi, craignent les autorités valaisannes.

Pour Pierre-Antoine Héritier, président de la Fédération valaisanne des vignerons, la situation est d'ores et déjà "catastrophique". "Nous constatons les dégâts au fur et à mesure", a-t-il dit à l'ats. Rien n'a servi , ni les chaufferettes, ni l'aspersion. Un bilan plus précis de l'étendue des dégâts sera établi dès que la vague de froid sera passée.

A côté du vignoble, le verger a aussi été touché. L'Office de l'arboriculture évalue également les dégâts sur les arbres fruitiers. Un bilan complet sera tiré ultérieurement.

Jamais vu ça

En près de 40 ans de métier, l'arboriculteur de Martigny Xavier Moret n'a jamais connu une situation pareille de gel à cette époque. Sur ses 17 hectares d'abricotiers, au moins deux ne produiront rien. Et le producteur d'affirmer au 19:30 de la RTS qu'il s'attend à un manque conséquent qui sera ressenti tout au long de l'année.

L'épanouissement précoce des bourgeons et les températures particulièrement basses expliquent l'ampleur des dégâts. Le débourrement a une avance de quinze jours par rapport à la moyenne, selon l'Office de la viticulture. Cette situation exposait plus fortement les vignes à un gel de printemps.

Du côté de Fruit-Union Suisse, il est trop tôt pour évaluer les dégâts. "Nous tâcherons d'avoir une vue d'ensemble la semaine prochaine. Il y a des régions qui ont eu trop froid, c'est certain", selon le porte-parole David Stacher. Toutes les cultures en fleurs actuellement sont en danger, soit les fraises, pommes, poires, cerises, abricots et les prunes, a-t-il détaillé.

Nuits glaciales

Pour la saison, la Suisse vit des nuits glaciales. A Viège (VS), MeteoNews a mesuré -5,3 degrés. La localité n'avait plus connu une nuit aussi froide durant la deuxième moitié d'avril depuis le 23 avril 1997, selon ce service météorologique.

Reconvilier, dans le Jura bernois, s'est retrouvé à -5,8 degrés, A Arosa (GR), où il n'a jamais fait aussi froid à cette période de l'année depuis le début des mesures en 1959, SRF Meteo a même mesuré -12,8 degrés.

Le Plateau a un peu moins souffert grâce à une légère bise qui a empêché l'air froid de s'accumuler. A 2 mètres du sol, les températures se situaient entre -1 et -4 degrés. A 5 cm du sol, les stations de MeteoNews ont mesuré entre -4 et -8 degrés. Seuls le Tessin et la région lémanique ont été épargnés par le gel.

La nuit de jeudi à vendredi sera à nouveau claire sans couverture nuageuse. De plus, la bise cessera de souffler. Par rapport à jeudi matin, le mercure devrait donc encore davantage descendre vendredi matin.

ATS

 Toute l'actu en bref