Toute l'actu en bref

Les mesures anti-gel en Valais n'ont pas suffi: plus de 40% du vignoble valaisan a été dévasté ainsi que deux tiers des abricotiers. Certains producteurs ont perdu toute leur récolte (archives).

KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT

(sda-ats)

Les gelées nocturnes de la semaine dernière ont dévasté les cultures valaisannes. Les dégâts sont immenses. Du jamais vu de mémoire d'agriculteur.

En trois nuits de gel, des viticulteurs et des arboriculteurs ont perdu la quasi-totalité de leur récolte, a déclaré mardi lors d'un premier bilan le chef du service cantonal de l'agriculture Gérald Dayer. "Pour eux, cela signifie la perte de leur revenu annuel, c'est dramatique".

Une première évaluation des dégâts faite par les services de l'Etat montre l'étendue des dommages. Environ 2000 hectares de vignes, soit plus de 40% du vignoble cantonal, ont été touchés. Globalement, presque toute la récolte de ces vignes est perdue. Et seul un tiers des surfaces d'abricotiers est sorti indemne des nuits de gel. Au moins la moitié de la récolte d'abricots est perdue.

Situation inédite

Le dernier épisode de grand gel qui a marqué les esprits remonte à 1974. Et la situation n'était pas aussi dramatique, précise le chef de l'office de la viticulture Pierre-André Roduit. Plusieurs milliers de vignerons et d'encaveurs sont touchés.

La question de faillites d'entreprises agricoles se pose. Pour certains encaveurs, il n'y aura pas de millésime 2017. Ils n'auront aucun revenu cette année et devront travailler encore plus dur pour sauver leurs vignes, explique M. Roduit.

Dans l'immédiat, le canton peut proposer des crédits sans intérêt aux agriculteurs frappés. "Cela ne remplace pas le revenu mais on est prêt à intervenir rapidement avec cet instrument", précise M. Dayer. A court terme, le but est de permettre la survie des exploitations. D'autres instruments doivent être étudiés pour le plus long terme.

ATS

 Toute l'actu en bref