Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Jared Kushner s'est expliqué sur ses liens avec la Russie devant le Congrès. Il a nié toute collusion durant la campagne.

KEYSTONE/EPA/MICHAEL REYNOLDS

(sda-ats)

Jared Kushner, le gendre et très proche conseiller de Donald Trump, était le premier membre du cercle rapproché du président américain à s'expliquer sur ses liens avec la Russie devant le Congrès lundi. Il a nié toute collusion durant la campagne.

"Je n'ai pas commis de collusion et je ne connais personne d'autre dans l'équipe de campagne qui ait commis des collusions avec quelque gouvernement étranger que ce soit", a écrit Jared Kushner dans une note de onze pages à l'intention de la commission du Renseignement du Sénat. Il y est arrivé lundi matin, dans une salle fermée au public mais cernée par les caméras.

Les élus voulaient interroger depuis longtemps cet homme discret de 36 ans, qui ne s'exprime jamais dans les médias. Son nom est apparu à plusieurs reprises depuis des mois, notamment en raison de rencontres avec plusieurs personnes russes durant la campagne et la transition présidentielle.

Quatre rencontres

Jared Kushner confirme qu'il a bien vu l'ambassadeur russe aux Etats-Unis deux fois ainsi qu'un banquier proche de Vladimir Poutine, Sergueï Gorkov, à sa demande. Il se souvient aussi d'avoir participé quelques minutes à une étrange réunion avec une avocate russe organisée par son beau-frère, Donald Trump Jr., en juin 2016. Quatre rencontres au total, allant d'une minute à une vingtaine.

Mais il plaide une relative inexpérience et replace ces réunions parmi des milliers de rendez-vous, coups de fil et messages échangés dans une période frénétique. Il raconte que lorsque son beau-père lui a demandé d'être le point de contact de la campagne pour les gouvernements étrangers, il a demandé conseil à Henry Kissinger.

Au total, dit-il, il a eu plus d'une centaine de contacts avec des responsables de plus de 20 pays. "Je n'ai pas eu de contacts inappropriés. Je ne dépendais pas de fonds russes pour financer mes affaires dans le secteur privé", martèle M. Kushner.

Rassurer les généraux russes

Et jamais, assure-t-il, la question des sanctions américaines contre Moscou n'a été évoquée. Son message, à chaque fois, a été de proposer un nouveau départ dans la relation bilatérale.

Enfin, il est vrai qu'il a demandé si le conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, Michael Flynn, pouvait recevoir des informations militaires russes sur la Syrie depuis la ligne sécurisée de l'ambassade russe à Washington, mais selon lui, le but n'était pas d'établir une ligne secrète de communication.

Il s'agissait seulement de rassurer les généraux russes. Finalement cette ligne n'a jamais été utilisée, écrit-il.

Mardi, la Chambre des représentants votera ainsi pour imposer un nouveau train de sanctions contre Moscou. Cette initiative est jugée "extrêmement négative" pour la relation bilatérale par le porte-parole du Kremlin.

ATS