Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement espagnol a annoncé vendredi qu'il révisait à la hausse son déficit public 2011, à 8,9% du Produit intérieur brut. Le taux prévu jusqu'à présent était de 8,51%. L'augmentation résulte du dérapage budgétaire de certaines régions espagnoles.

Le ministère des Finances estime que les dernières données fournies par les Communes autonomes (régions) ont eu un impact de 0,4 point dans les comptes publics. Ce qui porte (le déficit) à 8,9% du PIB, indique un communiqué.

Le gouvernement espagnol a approuvé jeudi les plans d'austérité présentés par 16 des 17 régions du pays. Celles-ci prévoient 18 milliards d'euros d'économies (21,6 milliards de francs) afin de diminuer leur déficit de moitié cette année.

Malgré ces efforts, la santé financière des régions espagnoles, qui gèrent les lourds budgets de l'éducation et de la santé, continue à susciter la méfiance. L'agence de notation Moody's a ainsi dégradé jeudi la note de quatre d'entre elles: Andalousie, Catalogne, Murcie et Estrémadure.

Perspective négative

L'agence, qui a placé ces régions sous perspective négative, et envisage donc d'abaisser à nouveau leur note à moyen terme, a souligné qu'elles n'avaient pas rempli leurs objectifs de réduction du déficit en 2011. Il existe selon elle une "faible probabilité" que ces objectifs soient remplis en 2012.

Madrid avait annoncé en début d'année que son déficit 2011 avait été beaucoup plus important que prévu, à 8,51%. Au vu de ce dérapage, il précisait qu'il ne pourrait tenir l'objectif agréé avec l'UE d'une réduction du déficit 2012 à 4,4%.

ATS