Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

A peine formé, le nouveau gouvernement grec du premier ministre de gauche radicale Alexis Tsipras a connu une première démission jeudi. Un secrétaire d'Etat, issu de la droite souverainiste, a été mis en cause pour des dérapages antisémites et homophobes.

Dimitris Kammenos, membre des Grecs indépendants (Anel), parti avec lequel Syriza de M. Tsipras a formé un gouvernement de coalition, a annoncé sa démission dans la nuit, 24 heures après sa nomination au poste de secrétaire d'État aux infrastructures.

Cet ex-lobbyiste âgé de 49 ans a indiqué vouloir ainsi permettre "le bon fonctionnement du nouveau gouvernement" de coalition au nom de "l'intérêt du pays". M. Tsipras avait demandé implicitement sa démission mercredi auprès du dirigeant de l'Anel, Panos Kammenos, homonyme de Dimitris Kammenos.

En plein bras de fer entre Athènes et Bruxelles, Dimitris Kammenos avait comparé le plan d'aide à la Grèce, alors suggéré par les créanciers européens, au camp de concentration d'Auschwitz.

Il avait mis sur sa page Facebook une photographie montrant l'entrée du camp surmontée de la lugubrement célèbre mention "Arbeit macht Frei" ("le travail, c'est la liberté") en remplaçant celle-ci par "Nous restons en Europe".

"Holocauste économique" en Grèce

En réponse aux protestations du conseil israélite de Grèce, il s'était excusé, tout en jugeant que si "la comparaison n'était peut-être pas très heureuse", il y avait "un véritable holocauste économique" en Grèce.

Un ancien député de gauche, Petros Tatsopoulos, a aussi retweeté mercredi un message de 2013, dans lequel M. Kammenos relayait la thèse d'un complot derrière les attaques du 11 septembre aux Etats-Unis.

Selon l'hebdomadaire To Vima, M. Kammenos avait aussi qualifié en juin la Gay Pride grecque de "pathétique".

Pour tenter de calmer la controverse, Dimitris Kammenos avait rendu public mercredi un communiqué dénonçant "le racisme, l'homophobie et l'antisémitisme" et affirmé que ses comptes sur les réseaux sociaux étaient gérés par des adjoints, et avaient souvent été piratés. Il a indiqué en démissionnant qu'il allait porter plainte contre ces présumés hackers.

ATS