Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le gouvernement libyen reconnu par la communauté internationale a réclamé lundi des armes pour combattre les milices, lors d'une réunion de la Ligue arabe au Caire. Le pays est toujours en proie aux violences et aux luttes de pouvoir.

"Nous appelons la communauté internationale à assumer ses responsabilités légales et morales et à armer, sans retard ni délai, l'armée libyenne pour qu'elle puisse accomplir sa mission nationale," a indiqué le représentant de la Libye auprès de la Ligue, Achour Bou Rached, à l'ouverture de cette réunion "urgente" des représentants permanents.

Plongée dans le chaos, la Libye est dirigée par deux gouvernements qui se disputent le pouvoir à distance, l'un proche des miliciens de Fajr Libya (Aube de la Libye) et l'autre reconnu par la communauté internationale, siégeant à Tobrouk, près de la frontière égyptienne. Le pays est également doté de deux Parlements.

Dialogue dans l'impasse

"Plus la victoire militaire contre les milices brutales est retardée, plus leur expansion s'accroît et plus l'on réduit les chances d'une solution politique à la crise", a prévenu M. Bou Rached.

Depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2011, les autorités n'arrivent pas à contrôler les dizaines de milices formées d'ex-insurgés.

Au début de la réunion, le secrétaire général de la Ligue Arabe Nabil al-Arabi a exprimé son "regret" face au "blocage des efforts arabes et internationaux", visant à rétablir le dialogue entre les parties en conflit en Libye. Une réunion de dialogue prévue lundi sous l'égide de l'ONU a été reportée sine die.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS