Toute l'actu en bref

Martin McGuinness et la première ministre d'Irlande du Nord Arlene Foster entourant la cheffe du gouvernement britannique Theresa May (archives).

KEYSTONE/EPA/PAUL MCERLANE

(sda-ats)

Le vice-Premier ministre d'Irlande du Nord Martin McGuinness, figure du Sinn Fein et ancien chef de l'Armée républicaine irlandaise (IRA), a annoncé sa démission lundi. La coalition au pouvoir dans la province semi-autonome britannique est menacée d'éclatement.

Cette démission pourrait entraîner la tenue de nouvelles élections. Le Sinn Fein a mis cette décision sur le compte de la mauvaise gestion par son partenaire de coalition DUP (unioniste) d'un dossier sur les énergies renouvelables qui a entraîné de nombreux abus.

"C'est avec un profond regret et avec réticence que j'ai donné ma démission à la Première ministre. Elle prendra effet à 17H00 (18h00 suisses)", a expliqué M. McGuinness.

Le Sinn Fein réclame depuis plusieurs semaines la démission de la Première ministre Arlene Foster, cheffe du DUP. Ce départ pourrait faciliter une enquête judiciaire sur des accusations de mauvaise gestion des deniers publics avec un programme de subventions aux énergies renouvelables mal cadré.

Ce qu'elle a exclu une nouvelle fois lundi matin. "Je prends mes décisions en fonction de l'électorat et certainement pas du Sinn Fein", a-t-elle déclaré.

"L'arrogance d'Arlene Foster"

Dans son communiqué, M. McGuinness a réagi en affirmant que "le Sinn Fein ne tolérera pas l'arrogance d'Arlene Foster et du DUP". Il a estimé que la position de la responsable politique n'était "pas tenable".

Afin que le gouvernement actuel reste en place, le Sinn Fein doit nommer un remplaçant à M. McGuinness. Mais il a annoncé qu'il ne le ferait pas. Une porte-parole du gouvernement britannique a déclaré que Londres "encourageait toutes les parties à continuer le dialogue".

L'Irlande du Nord a été le théâtre pendant trois décennies (1969-1998) de violences qui ont fait 3500 morts. Les accords de paix de 1998 ont conduit au partage du pouvoir entre protestants unionistes et catholiques nationalistes.

ATS

 Toute l'actu en bref