Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

En Valais, le Conseil d'Etat veut un tiers de femmes dans les commissions administratives (archives).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le Conseil d'Etat valaisan veut augmenter le nombre de femmes siégeant dans les commissions externes liées à l'administration cantonale. L'objectif global est d'atteindre un tiers de représentation féminine.

Les commissions administratives soutiennent les services de l'Etat et sont composées de personnes du terrain externes à l'administration cantonale. Entre 2014 et 2017, la présence de femmes dans ces commissions est passée à 27,3%, soit une augmentation de 6,3 points, a indiqué l'Etat du Valais jeudi dans un communiqué.

Cette hausse s'explique par la décision du gouvernement de "soumettre au préavis systématique de l'Office cantonal de l'égalité et de la famille (OCEF) chaque renouvellement de commission ou de membre. Mais la situation n'est pas encore satisfaisante, estime le canton.

Seules 37 commissions sur 105 comptent 30% de femmes, alors qu'une seule est composée de moins de 30% d'hommes. Aucune d'entre elles n'est composée que de femmes, alors que quinze ne regroupent que des hommes, détaille l'Etat du Valais.

Liste mise à jour

L'objectif pour la période 2018-2021 est d'atteindre globalement 33% de femmes. Il y aura sans doute toujours des domaines où elles seront plus (éducation, santé, social) ou moins (agriculture, sécurité, finances, travaux publics) représentées. Mais "la première exigence, c'est que toutes les commissions soient mixtes", a précisé à l'ats Isabelle Darbellay Métrailler, cheffe de l'OCEF.

Pour y parvenir, le canton encourage les services cantonaux à "chercher activement des femmes". Pour chaque commission où elles sont sous-représentées, une candidature masculine et féminine devra être proposée.

"On peut trouver des femmes dans presque tous les domaines", assure Isabelle Darbellay Métrailler. L'OCEF tient d'ailleurs à disposition une liste de femmes régulièrement mise à jour et invite les intéressées à s'y inscrire.

Les commissions administratives sont nommées après les élections cantonales de mars et entrent en fonction en janvier de l'année suivante pour quatre ans. Elles sont souvent reconduites de période en période.

ATS