Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après plusieurs heures de débats parfois houleux, le Grand Conseil bernois a adopté mercredi un budget 2012 équilibré. Pour parvenir à des chiffres noirs, les députés ont pris des mesures d'économies qui touchent en particulier la formation et la santé.

Au vote, le Grand Conseil a adopté le budget par 114 voix contre 24 et 17 abstentions. La majorité du parlement a écarté aussi bien des amendements de la gauche en faveur de la suppression de certaines mesures d'économies que de l'UDC pour davantage de rigueur.

Directrice des finances, Beatrice Simon (PBD) a appelé les députés à prendre leur responsabilité et à approuver ce projet de budget né d'un compromis obtenu peu avant l'ouverture lundi de cette session extraordinaire sur la politique financière.

Ecole obligatoire

Pour parvenir à un budget équilibré, le Grand Conseil a dû prendre des mesures impopulaires. La plus symptomatique est la suppression d'une leçon hebdomadaire à l'école obligatoire pour économiser dix millions de francs. La partie francophone du canton de Berne n'est pas concernée. Autre mesure dans le domaine de la formation, une hausse de 300 francs des taxes d'études.

Dans le domaine de la santé, les subventions seront réduites dans les soins à domicile et dans l'aide aux institutions s'occupant des personnes handicapées. Quant aux automobilistes, ils ne pourront pas bénéficier l'année prochaine d'une baisse de la taxe sur les véhicules à moteur mais devront attendre 2013.

Le Grand Conseil est ainsi parvenu à éviter que le budget ne tombe dans les chiffres rouges pour la première fois depuis 1997. Pour y parvenir, les députés ont donc accepté un paquet d'économies de 277 millions ficelé par le Conseil-exécutif, ainsi que des mesures supplémentaires pour 156 millions de francs présentées par la commission des finances.

ATS