Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Les comptes 2017 de l'Etat du Valais ont satisfait le Parlement cantonal qui est entré en matière mardi. La gauche, à l'exception des Verts, ne s'est pas jointe à la liesse, estimant que, cédant à la panique, le gouvernement a sacrifié trop de prestations ces dernières années (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Le Grand Conseil valaisan s'est montré globalement satisfait du compte 2017 de l'Etat. Seule la gauche n'a pas voulu partager la liesse générale.

Les critiques ont été rares lors du débat d'entrée en matière. Le compte 2017 présente un excédent de revenus de 4,1 millions de francs, avec des recettes de 3,558 milliards et des charges de 3,554 milliards de francs. La marge d'autofinancement de 210 millions de francs couvre les investissements de 202 millions, laissant un excédent de 7,2 millions de francs.

Plusieurs groupes ont déploré que les investissements effectués n'aient atteint que les trois quarts du montant initialement budgétisé. Pour Philipp Matthias Bregy (PDC), les investissements représentent le moteur de l'économie, "il faut donc les utiliser".

A l'exception des Verts, la gauche s'est montrée plus critique. Emmanuel Amoos (PS) a qualifié de "vent de panique exagéré" les coupes financières effectuées ces dernières années. En trois ans, 140 millions de francs de prestations ont été sacrifiés alors que 2017 a permis d'attribuer 200 millions à différents fonds. Il a demandé au Conseil d'Etat de réévaluer à l'avenir certaines coupes budgétaires.

Epuiser les montants

Le grand argentier cantonal Roberto Schmid a estimé que la difficulté à épuiser les montants budgétisés pour les investissements était monnaie courante à chaque exercice. Le manque vient de projets qui n'ont pas pu être réalisés pour des questions de procédure. "Ce n'est pas une excuse, mais un fait", a-t-il dit.

Il a aussi rejeté l'accusation de panique de la gauche. Les exercices 2013 et 2014 étaient déficitaires et les exigences légales ont obligé à redresser la situation immédiatement. Le détail des comptes sera examiné par le parlement au long de la semaine, département par département. Un débat final est agendé vendredi.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS