Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Lausanne - Le Grand Conseil vaudois a refusé mardi d'interdire le port du voile et de signes religieux durant la scolarité obligatoire. Les députés ont classé une motion en ce sens de l'UDC Pierre-Yves Rappaz par 81 voix contre 41 et 13 abstentions.
Il n'y a peut-être que 200 cas sur 40'000 élèves dans le canton, mais c'est "le début de l'imposition d'une tenue que l'on ne veut pas chez nous", a relevé en vain M. Rappaz. En outre, elle rabaisse la femme, selon lui.
Malgré une droite partagée, de nombreux députés de tous bords ont souligné l'incompatibilité de la motion avec la constitution cantonale. Celle-ci garantit la liberté de conscience et religieuse et aurait dû être modifiée.
Si la motion était acceptée, le Tribunal fédéral (TF) casserait la loi, a relevé le socialiste Grégoire Junod. Selon le TF, les élèves doivent être autorisés à porter le voile au même titre que d'autres signes religieux, en respectant le principe de proportionnalité, a poursuivi Jean-Michel Dolivo d'A gauche toute (AgT).
Interdit aux enseignantesEn vertu du respect de l'Etat de droit, les élèves qui le souhaitent doivent pouvoir porter le foulard, a déclaré Anne-Catherine Lyon. La cheffe du Département de la formation a précisé ne pas accorder de dispense à ces dernières pour la natation.
En revanche, le foulard n'est pas autorisé pour les enseignantes, a-t-elle rappelé. Le port d'un tel signe distinctif va à l'encontre de leur mission, comme l'a souligné le TF.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS