Toute l'actu en bref

Les mesures de sécurité étaient renforcées cette année aux entrées, créant quelques files d'attente bien acceptées par le public, selon les organisateurs.

KEYSTONE/PETER KLAUNZER

(sda-ats)

Le Greenfield Festival d'Interlaken (BE) est passé entre les gouttes cette année. Pour la première fois en 13 éditions, le festival de hard rock est resté au sec durant les trois jours de concerts, pour la plus grande joie des quelque 66'000 spectateurs.

Malgré la météo, le record d'affluence n'a pas été battu. Les festivaliers étaient cependant bien assez nombreux pour créer de longues files d'attente aux entrées.

Celles-ci trouvaient leur origine dans les mesures de sécurité adaptées aux risques terroristes. Des "fouilles corporelles intensives" avaient été annoncées après l'alerte terroriste qui a conduit à l'évacuation il y a une semaine du festival "Rock am Ring" en Allemagne.

Les festivaliers ont aussi dû se séparer de tout sac d'une dimension supérieure à celle d'une feuille A4. Des mesures acceptées avec un certain flegme, ont précisé les organisateurs.

Artistiquement, le festival a fait la part belle cette année à la guitare. Des groupe de metal comme In Flames, ou punk-rock à l'image de Green Day ont notamment répondu aux attentes de leurs fans.

ATS

 Toute l'actu en bref