Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Paul Rabaglia s'est réjoui de la bonne santé du Groupe Mutuel qu'il dirige.

KEYSTONE/CYRIL ZINGARO

(sda-ats)

Le Groupe Mutuel est parvenu à réduire sa perte l'an dernier, s'approchant de l'équilibre. L'assureur maladie valaisan a enregistré une perte nette dans le domaine de la santé de 1,3 million de francs, après un déficit de 127,1 millions en 2015.

"Grâce à des mesures engagées suffisamment tôt, notre entreprise progresse et se porte bien", a indiqué le directeur général Paul Rabaglia devant la presse réunie jeudi au siège de l'assureur à Martigny. Le volume de primes a progressé de 7,2% à 5,35 milliards de francs.

"Le résultat d'entreprise est équilibré et en nette amélioration par rapport à l'année dernière où nous accusions un gros déficit", a-t-il précisé. La perte essuyée passe ainsi de 127,1 millions de francs à 1,3 million en 2016.

Le groupe y est parvenu notamment grâce à une bonne performance sur les marchés financiers (+2,2% contre +0,5% en 2015) et en compensant partiellement la hausse des coûts de la santé par une augmentation des primes. Une hausse qui sera complètement compensée en 2017, a précisé le directeur général.

Politique sans à-coups

Dans le domaine de l'assurance obligatoire (AOS), le chiffre d'affaires a augmenté de 7,6% à 4,5 milliards de francs. Les assurances complémentaires dégagent un chiffre d'affaires de 592 millions de francs, stable par rapport à 2015 (580,2 millions), et affichent un résultat d'ensemble de 73,2 millions de francs, en hausse de 41,3% par rapport à 2015.

Le nombre d'assurés dans l'assurance de base en moyenne annuelle a crû de 3,3% à 1,27 million. Les frais administratifs par assuré - "auxquels nous attachons une grande importance" - ont été diminués de 8,7% et représentent 3,9% du volume de primes.

Concernant l'exercice en cours, Paul Rabaglia estime "avoir posé les jalons pour dégager un excédent et ainsi renforcer les réserves" et s'engage à "poursuivre une politique de primes modérées sur le long terme, sans à-coups".

Création d'une holding

En ce qui concerne la progression des coûts de la santé, la présidente du comité du Groupe Mutuel, Karin Perraudin ne voit pas pour l'heure, "d'inversion de tendance". "Sans mesures courageuse sur le front des prestations, le doublement des primes d'ici 2040 est une perspective tout à fait sérieuse", a-t-elle estimé.

La présidente a annoncé une "mise à jour des structures du groupe, de tout en haut à tout en bas de l'échelle". Une démarche qui "se concrétisera par la mise en place d'une holding dès l'an prochain".

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

ATS