Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a déposé jeudi son initiative pour supprimer l'obligation de servir. Il dénonce dans le service militaire obligatoire un modèle désuet, qui ne permet pas de répondre aux défis actuels en matière de sécurité et faisant obstacle à l'égalité des sexes.

"Il est grand temps de supprimer ce reliquat de la guerre froide qu'est le service militaire obligatoire", dénonce le GSsA, soutenu entre autres par le PS et les Verts. La plupart des pays européens ont d'ailleurs abandonné le modèle de l'armée de masse, soulignent les initiants.

La suppression du service militaire obligatoire libérerait des ressources financières et personnelles qui pourraient être utilisées à meilleur escient, selon les initiants.

Fort de 107'280 signatures, le texte "Oui à l'abrogation du service militaire obligatoire" ne concerne que l'obligation de servir, note le GSsA. L'initiative ne touche donc pas à l'article 58 de la Constitution, qui stipule que "la Suisse a une armée" et que celle-ci est organisée selon un système de milice.

L'objectif est ainsi d'aboutir à une armée de milice volontaire. Le service militaire obligatoire est de toute façon en crise avec seuls 30% des conscrits qui l'accomplissent jusqu'au bout, souligne le GSsA.

Inégalité "choquante"

Sur le fond, le système actuel comporte des inégalités "choquantes", estiment les initiants. "Une société qui prétend réaliser l'égalité ne devrait pas permettre que la moitié de la société soit obligée de faire le service militaire en raison de son sexe et que l'autre moitié soit exclue du service civil pour la même raison".

L'initiative vise ainsi à permettre la création d'un service civil volontaire et ouvert à toute la population. La taxe militaire devrait elle être abrogée.

ATS