Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

L'action symbolique du GSsA qui a décidé de saisir le référendum contre l'achat de jets militaires.

KEYSTONE/PETER SCHNEIDER

(sda-ats)

Le Groupe pour une Suisse sans Armée (GSsA) confirme son intention de saisir le référendum sur l'achat d'avions de combat. L'organisation, réunie en assemblée, l'a décidé à l'unanimité dimanche à Soleure. Une action symbolique a été menée dans la ville.

Plusieurs dizaines de membres du GSsA ont défilé dans les rues de Soleure, portant un avion de combat en carton qu'ils ont ensuite symboliquement mis dans une urne.

Le GSsA va définitivement saisir le référendum contre le "chèque en blanc" de 8 milliards que le Conseil fédéral veut investir pour l'achat de nouveaux jets de combat, a fait savoir l'organisation dimanche dans un communiqué.

Le groupe avait déjà annoncé la couleur le 9 mars dernier, lorsque le ministre de la défense Guy Parmelin avait dévoilé le projet sous forme d'arrêté de planification soumis au référendum.

L'organisation continue de penser qu'un tel procédé est "démocratiquement douteux", dit Lewin Lempert, secrétaire du GSsA, cité dans le communiqué. Le "oui" unanime de l'assemblée permet de réaffirmer son mécontentement face à cette méthode.

Au plus tard en 2020

Le peuple pourra voter, au plus tard en 2020, sur l'achat des avions de combat mais pas sur le type de jet choisi. Le Conseil fédéral a choisi cette option, car il considère le renouvellement de la flotte aérienne de l'armée comme un point capital de la politique de sécurité de la Suisse.

Le nombre de jets n'est pas encore fixé, ni leur fournisseur. Avec 8 milliards, le projet s'inscrit sur une ligne moyenne entre les options présentées l'an dernier par un groupe d'experts, qui allaient de 5 à 18 milliards. Cette version prévoit l'achat de 30 aéronefs et d'un système de défense sol-air étendu.

Contre les missions étrangères

Dimanche, le GSsA a également approuvé une résolution sur les missions étrangères de l'armée suisse. L'organisation s'oppose fermement à la participation de la Suisse dans les plans militaires de l'Union européenne.

Ces opérations à l'étranger enveniment les conflits, au lieu d'apporter davantage de stabilité. La Suisse doit plutôt s'appuyer sur l'Organisation des Nations unies et continuer de s'engager en faveur d'une politique de paix civile.

Les membres du GSsA sont revenus sur l'année 2017, durant laquelle ils ont lancé une initiative pour interdire le financement des fabricants de matériel de guerre par la place financière helvétique. Il ne manque plus que 10'000 signatures (sur 100'000 nécessaires). Elle devrait être déposée à la Chancellerie fédérale cet été.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS