Navigation

Sauter la navigation

Fonctionnalités principales

Le HCR dénonce des conditions abjectes pour les réfugiés en Grèce

En Grèce, certains camps sont surpeuplés. A Samos, par exemple, 4000 réfugiés sont hébergés dans un camp prévu pour 650 personnes (image symbolique).

KEYSTONE/AP/DARKO VOJINOVIC

(sda-ats)

Le Haut Commissariat aux Réfugiés de l'ONU (HCR) a dénoncé des conditions abjectes dans les centres de réception et d'identification des deux îles grecques de Samos et Lesbos. Il a également prévenu que le camp de Moria à Lesbos était devenu une poudrière.

Le HCR appelle dans un communiqué le gouvernement grec à prendre des mesures d'urgence pour remédier à la situation de quelque 11'000 réfugiés sur ces deux îles. L'agence de l'ONU demande notamment une accélération du transfert vers le continent de plus de 4000 personnes vulnérables.

Depuis le mois d'août, observe le communiqué, plus de 6500 personnes ont déjà été transférées vers le continent, où le gouvernement a l'intention d'ouvrir 6000 nouvelles places. Mais plus de 11'000 réfugiés sont arrivés durant la même période sur les îles de la mer Egée.

Rats et serpents

A Samos, "la situation empire". Le camp de Vathi et ses alentours accueillent 4000 personnes, alors que le camp lui-même n'est conçu que pour en recevoir 650. Les nouveaux arrivants doivent acheter leurs propres tentes et les installer sur un terrain pentu hors du camp. Outre l'absence d'électricité et d'eau courante, il y a dans cette zone des serpents et des rats attirés par les ordures non ramassées, poursuit le HCR.

Dans le camp, "de nombreuses toilettes et douches sont cassées et les eaux usées se déversent près des tentes", décrit aussi le HCR. Les réfugiés les plus vulnérables, dont près de 200 mineurs non accompagnés, une soixantaine de femmes enceintes et des personnes handicapées ou victimes de violence sexuelle sont laissés pendant des mois dans ces conditions déplorables, tous les hébergements alternatifs sur l'île étant occupés.

A Lesbos, près de 6500 réfugiés sont accueillis dans le camp de Moria, prévu pour le tiers de ce nombre. Près de 2000 d'entre eux se trouveraient à l'extérieur dans un champ.

"Les tensions et les frustrations s'accentuent alors que les délais administratifs (pour les demandes d'asile) restent importants" explique le HCR, ajoutant que Moria "est devenu une poudrière". Et de préciser que "ces délais ainsi que la détérioration des conditions menacent sérieusement la sécurité de ceux qui y vivent et y travaillent".

Meilleure situation à Chios

Le HCR appelle également "la Commission Européenne et les Etats membres à continuer à préparer des mesures de soutien d'urgence et de relocalisations à la demande du gouvernement grec". D'après les derniers chiffres disponibles, 20'000 réfugiés se trouvent actuellement sur les îles de la mer Egée. La situation est moins dégradée à Chios, Kos et Leros.

Près de 21'737 réfugiés étaient arrivés au total à mi-septembre depuis début janvier, contre 17'563 pour toute l'année 2017, selon le ministère de la Politique migratoire.

Mots clés

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.