Navigation

Le HCR veut évacuer 19'000 musulmans dans des zones plus sûres

Ce contenu a été publié le 01 avril 2014 - 14:01
(Keystone-ATS)

La situation continue de se détériorer à Bangui, capitale de la République centrafricaine, a déploré mardi l'ONU. Le HCR a indiqué qu'il veut évacuer 19'000 musulmans menacés par les forces anti-Balaka pour les transférer dans des zones plus sûres.

"Nous ne pouvons pas rester là seulement à regarder les gens s'entretuer", a affirmé à Genève une porte-parole du Haut Commissariat de l'ONU aux réfugiés (HCR) Fatoumata Lejeune-Kaba. "Ils nous demandent de les évacuer. Si nous ne le faisons pas, leur vie est en danger", a-t-elle ajouté.

Les forces anti-Balaka contrôlent les routes principales menant à la capitale ainsi que plusieurs villes et villages dans le sud-ouest du pays, a-t-elle précisé. "Ils représentent une menace pour les musulmans dans le faubourg PK12 de Bangui, à Boda, Carnot et Berberati, à l'ouest de Bangui, et à Bossangoa, plus au nord", a-t-elle indiqué.

De plus en plus militarisés

"Le problème est que les anti-Balaka deviennent de plus en plus audacieux et sont de plus en plus militarisés", a affirmé la porte-parole du HCR.

Les représentants de la population musulmane de Boda ont expliqué au HCR que seule la présence des forces françaises leur évite d'être tués, qu'ils ne peuvent plus se déplacer et qu'ils veulent être réinstallés dans des lieux plus sûrs.

Le HCR et ses partenaires vont envoyer du personnel supplémentaire dans ces zones. "En même temps, nous étudions la possibilité de leur réinstallation à Kabo et Moyen Sido dans le nord du pays", a affirmé Fatoumata Lejeune-Kaba. Ce déplacement n'exclut pas leur retour, a-t-elle dit.

Déplacés en constante augmentation

Le nombre de déplacés est en augmentation depuis la reprise des violences à Bangui la semaine dernière: l'ONU en dénombre désormais 637'000, dont 207'000 à Bangui, soit 16'000 de plus en une semaine. En outre, au cours des trois derniers mois, 82'000 Centrafricains ont cherché un refuge au Cameroun, en RDC au Congo et au Tchad, a précisé le HCR.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article

Joignez-vous à la discussion

Avec un compte SWI, vous avez la possibilité de faire des commentaires sur notre site web et l'application SWI plus.

Connectez-vous ou inscrivez-vous ici.