Navigation

Le Japon commémore sobrement le tsunami de 2011

La télévision japonaise montrait des images de familles venues se recueillir mercredi matin dans plusieurs endroits de la préfecture de Miyagi, particulièrement touchée par la catastrophe, qui a fait au total environ 18'500 morts et disparus. Ici en 2018 (archives). KEYSTONE/EPA/KIMIMASA MAYAMA sda-ats
Ce contenu a été publié le 11 mars 2020 - 05:56
(Keystone-ATS)

Le Japon commémorait sobrement mercredi le souvenir du grand tsunami du 11 mars 2011, qui a aussi entraîné la catastrophe nucléaire de Fukushima. L'épidémie de coronavirus a conduit à l'annulation des principales cérémonies publiques.

Le Premier ministre Shinzo Abe rendra hommage aux victimes de la catastrophe dans ses bureaux à Tokyo, et a demandé à la nation d'observer une minute de silence à 14h46 heure japonaise (peu avant 07h00 en Suisse), le moment précis où un terrible séisme sous-marin de magnitude 9.0 a frappé les régions du nord-est du pays, il y a neuf ans jour pour jour.

La télévision japonaise montrait des images de familles venues se recueillir mercredi matin dans plusieurs endroits de la préfecture de Miyagi, particulièrement touchée par la catastrophe, qui a fait au total environ 18'500 morts et disparus.

Le gouvernement japonais a préféré annuler la semaine dernière la grande cérémonie nationale qui a lieu chaque année à Tokyo depuis 2012 en présence de proches de victimes, de membres de la famille impériale, du Premier ministre, d'élus locaux, de diplomates.

"Prévenir la propagation"

"Au regard de la situation actuelle, nous nous devons de prendre toutes les mesures nécessaires pour prévenir la propagation du virus sur notre sol, ainsi nous sommes arrivés à la conclusion que nous ne pouvions pas faire autrement que d'annuler la cérémonie", avait annoncé le Premier ministre dans un communiqué.

Il avait ensuite présenté ses condoléances aux familles des victimes et renouvelé sa promesse de mener à bien la reconstruction des régions sinistrées.

A la demande des autorités, de nombreux événements publics dans tout le pays (concerts, compétitions sportives, remises de diplômes, etc.) ont été annulés ou reportés, et les écoles ont été fermées, pour tenter d'enrayer la propagation du nouveau coronavirus, qui a contaminé 568 personnes et tué 12 personnes au Japon, selon un dernier bilan.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

Partager cet article