Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Japon va lancer sa campagne annuelle de pêche à la baleine dans l'Antarctique dans les semaines à venir, a annoncé mardi le ministre de la Pêche. Tokyo va renforcer la sécurité de ses bateaux menacés de harcèlement par des défenseurs des cétacés

"Le Japon va conduire sa campagne de recherche sur les baleines en renforçant les mesures contre les actes de sabotage, ce qui inclura le déploiement de navires d'escorte", a annoncé le ministre de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Michihiko Kano.

En février dernier, Tokyo avait pour la première fois écourté d'un mois sa campagne baleinière dans l'Antarctique, après n'avoir totalisé qu'un cinquième des prises espérées. Les autorités japonaises ont évoqué des perturbations provoquées par l'association Sea Shepherd pour expliquer cette déconvenue.

Chasseurs harcelés

Ce regroupement américain de défenseurs des baleines avait dépêché plusieurs bateaux sur place pour harceler la flotte baleinière, jetant des bombes puantes sur les ponts des navires nippons, bloquant leurs hélices à l'aide de cordes et se plaçant entre les vaisseaux japonais et leurs proies.

Le Japon avait annoncé, peu après le retour de cette mission, qu'il allait étudier l'opportunité de poursuivre ou non la "pêche scientifique" à la baleine, une pratique tolérée par la Commission baleinière internationale (CBI) qui interdit en revanche toute prise commerciale de cétacés.

Chasse commerciale déguisée

Les pays protecteurs des baleines et les défenseurs de l'environnement dénoncent la pêche scientifique comme une chasse commerciale déguisée.

"Déçue" par cette annonce, l'Australie, a réaffirmé "sa ferme opposition à toute pêche commerciale à la baleine, y compris la pêche prétendument scientifique pratiquée par le Japon", a déclaré le ministre australien des Affaires étrangères.

L'Australie a saisi en juin 2010 la Cour internationale de justice afin d'obliger le Japon à mettre fin à ce programme de chasse, estimant que l'archipel violait ses "obligations internationales".

ATS