Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Après bien des désillusions, Jason Day a enfin décroché son Graal. L'Australien a enlevé l'US PGA à Whistling Straits dans le Wisconsin.

Son dernier putt, celui de la consécration, il l'a rentré avec des larmes aux yeux. Impossible pour lui de ne pas penser, a-t-il reconnu en conférence de presse, "à tout le chemin parcouru depuis (ses) 12 ans".

Cette fois, l'Australien de 27 ans n'a pas laissé passer sa chance et a décroché avec style le cinquième titre de sa carrière, de loin le plus important.

Troisième après le premier tour jeudi, il est toujours resté zen, même quand il a dû terminer samedi au petit matin son deuxième parcours interrompu la veille par un violent orage. Il est passé en tête à la faveur du troisième tour et n'a pas craqué malgré la présence sur ses talons du phénomène Jordan Spieth.

"Parfois, il n'y a rien à faire, Jason a joué à un niveau auquel je ne l'avais jamais vu jouer", a admis l'Américain, vainqueur du Masters et de l'US Open en 2015.

Day a résisté à Spieth qui a terminé à la deuxième place, à trois coups (271). Le Texan, âgé de 22 ans, n'a pas rejoint dans la légende Ben Hogan et Woods, les deux seuls à avoir remporté trois tournois du Grand Chelem durant la même année. Mais il peut se consoler avec la place de no 1 mondial. Il a détrôné le Nord-Irlandais Rory McIlroy qui a terminé 17e sur le parcours de Whisling Straits.

ATS