Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Football - La France ne joue plus à se faire peur. Victorieuse 2-0 de l'Ukraine à Donetsk, elle a fait grand pas vers les quarts de finale.
Quatre jours après un partage de l'enjeu contre l'Angleterre qui avait suscité bien des interrogations, les Tricolores ont forcé la décision en l'espace de trois minutes. Sur une rupture amenée par Ribéry et prolongée par Benzema, Ménez battait à la 53e du gauche le gardien Pyatov, qui a été le meilleur Ukrainien. Trois minutes plus tard, Benzema lançait cette fois Cabaye pour le 2-0. A défaut de marquer, l'attaquant du Real Madrid témoigne d'un très grand altruisme.
Marquée par un terrible orage dans le ciel de Donetsk qui a entraîné une interruption de jeu de... 57 minutes en tout début de partie en raison des risques liés à la foudre, cette rencontre aurait toutefois connu un tout autre scénario sans une grossière erreur d'arbitrage. Dans le temps additionnel, l'arbitre Kuipers aurait dû brandir un second carton jaune à l'encontre de Ménez, coupable d'un foul grossier sur Selin. Le joueur du PSG avait été averti à la 40e pour une faute sur Shevchenko.
Le Batave avait montré moins de scrupule en octobre dernier à Wrexham pour expulser Reto Ziegler lors de la défaite de l'équipe de Suisse au Pays de Galles. En maintenant Ménez dans le jeu, un Ménez qui devait débloquer ce match, il a une fait une très belle fleur aux Français.
La prise de risques de Laurent Blanc a payé. En titularisant Ménez en attaque et en donnant les clés du jeu à Nasri, le sélectionneur a annoncé clairement la couleur: la France entendait prendre le match à son compte pour gagner pour la première fois depuis la Coupe du monde 2006 une rencontre dans un grand tournoi.
Deux miracles de Pyatov en première période devant Ménez (29e) et de Mexès (39e) avaient retardé l'échéance pour des Ukrainiens qui n'ont pratiquement pas existé. A l'exception de deux rushes de Shevchenko, à la 34e et surtout à la 49e avec cette frappe qui frôlait la lucarne droite de Lloris, l'Ukraine n'a jamais inquiété une défense française qui n'offre toujours pas toutes les garanties.

ATS