Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Zurich - Le KOF révise une nouvelle fois en forte hausse sa prévision de croissance de l'économie suisse pour 2010. L'institut de recherches conjoncturelles de l'EPFZ table désormais sur une expansion du PIB de 2,7%, contre 1,8% jusqu'alors. Le rythme fléchira à 1,8% en 2011.
A la faveur du net redressement des derniers mois, l'économie suisse a pu largement compenser la chute du produit intérieur brut (PIB) subie durant la récession, écrit lundi le KOF. Avec une croissance de sa production de 2,7%, la Suisse affichera une performance supérieure à celle de l'Union européenne et des Etats-Unis.
Pour mémoire, les économistes zurichois avaient déjà revu à la hausse leur prévision pour cette année en juin. La Suisse a tiré profit du redressement très rapide de l'économie mondiale au niveau du commerce et de la production. Les programmes de relance adoptés dans de nombreux pays et la volonté des entreprises de reconstituer les stocks résorbés y ont contribué.
Avec l'accélération de la production et de meilleurs taux d'utilisation des capacités, le chômage n'a cessé de reculer depuis le début de l'année. Pour l'ensemble de 2010, le KOF table sur un taux de chômage de 3,8%.
Un peu plus optimiste pour 2011
Au regard de leur dernière prévision, les experts de l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich (EPFZ) se montrent aussi un peu plus optimistes quant à l'évolution de la conjoncture l'an prochain. Alors que la croissance du PIB était jusqu'alors attendue à 1,6%, le KOF table désormais sur une valeur de 1,8%.
Les craintes que le redressement de l'économie amorcé mi-2009 ne débouche sur une évolution conjoncturelle en W, ou double creux, ne se sont pas confirmées, expliquent les spécialistes des bords de la Limmat. Le phénomène reflète en premier lieu le boom économique en Asie.
Il n'en reste pas moins que les mois à venir seront déterminés en grande partie par l'évolution du franc, lequel s'est fortement apprécié par rapport à l'euro, puis depuis le mois de juin face au dollar et à la livre sterling. Un phénomène qui affecte de plus en plus les entreprises exportatrices.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS