Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Lion de Lucerne (Löwendenkmal) attire des milliers de touristes chaque année. Le monument, érigé en 1821, commémore le massacre de 300 à 400 soldats suisses le 10 août 1792 au palais des Tuileries à Paris, lors de la Révolution française.

KEYSTONE/ALEXANDRA WEY

(sda-ats)

Le Lion de Lucerne (Löwendenkmal) attire des milliers de touristes chaque année, mais la population locale ne connaît pas toujours le contexte exact de sa réalisation. Un groupe d'historiens tente de répondre à cette question en organisant des visites guidées.

Le monument commémore le massacre de 300 à 400 soldats suisses le 10 août 1792 au palais des Tuileries à Paris, lors de la Révolution française. Il a été érigé en 1821.

Le 225e anniversaire de cet évènement donne l'occasion à une équipe d'historiens d'expliquer la signification de ce monument: la chute de la monarchie en France et la naissance de la Première République, qui aura des conséquences en Suisse avec la naissance d'une première forme d'Etat unitaire comme précurseur de la Confédération actuelle.

Fresque monumentale

Quelque 130 visites guidées de 90 minutes sont prévues jusqu'au 1er octobre. Celles-ci permettront aussi de redécouvrir une fresque historique monumentale (diorama) peinte en 1889 par les artistes munichois L. Bang et O. Lorch sur l'attaque des Tuileries. Cette oeuvre, propriété de la galerie Alpineum, n'est plus montrée depuis des années. Elle a été déroulée et digitalisée pour l'occasion.

Quatre scènes de ce diorama sont exposées près du Lion de Lucerne. "Nous espérons qu'avec notre projet, le public pourra aussi découvrir un jour les peintures originales", déclare l'historien Jürg Stadelmann.

Le budget du projet se chiffre à 140'000 francs. Près de 100'000 francs ont déjà été récoltés, via la ville de Lucerne et la fondation Albert Koechlin. Le reste sera recherché via une campagne de crowdfunding.

ATS