Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Avec 2000 nouveaux cas de mélanome de la peau diagnostiqués chaque année, la Suisse arrive en tête des pays européens les plus touchés par ce cancer. Le nombre de cas enregistré a fortement augmenté durant les deux dernières décennies, en particulier chez les hommes.

Pour la période 2004-2008, le taux de nouveaux cas diagnostiqués annuellement est légèrement inférieur pour les femmes (21 pour 100'000) que pour les hommes (23,4 pour 100'000), a indiqué lundi l'Office fédéral de la statistique. Entre 1984-1988 et 2004-2008, le taux de nouveaux cas a également progressé moins fortement chez les femmes (50%) que chez les hommes (80%).

Mortalité stable

Cette croissance s'observe surtout pour les cas de mélanome à un stade peu avancé. En 2004-2008, 7% des mélanomes de la peau chez les femmes et 10% chez les hommes étaient diagnostiqués à un stade avancé, soit avec une épaisseur supérieure à 3 millimètres.

Les taux de mortalité sont restés relativement stables. Pour la période 2004-2008, il est de 3,7 pour 100'000 habitants chez les hommes et de 2,1 pour 100'000 chez les femmes.

Hommes moins attentifs

Les hommes sont moins nombreux à déclarer se protéger du soleil que les femmes: 79% contre 89%, en 2007. Ils sont aussi moins nombreux à avoir fait contrôler leur peau au moins une fois dans leur vie (33% contre 37%). La protection vis-à-vis du soleil et le dépistage sont également moins fréquents parmi les personnes avec un bas niveau de formation ou un faible revenu, note l'OFS.

Les rayonnements ultra-violets émis par le soleil représentent le principal facteur de risque du mélanome de la peau, quatrième cancer le plus fréquent en Suisse. Les autres facteurs de risque sont l'existence de nombreux grains de beauté, les antécédents familiaux ou individuels de cancer de la peau, ou encore les prédispositions génétiques.

Une campagne nationale de prévention sera menée les 7, 9 et 11 mai. De nombreux dermatologues offriront des examens préliminaires gratuits de grains de beauté suspects, indique le site Internet de la Société suisse de dermatologie et de vérologie.

ATS