Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le nouveau maire de Venise, Luigi Brugnaro (centre-droit), a interdit 49 livres pour enfants dans les écoles de la cité lacustre, dont des ouvrages sur les familles homoparentales. Les réactions sont vives.

Aussi, les petits Vénitiens n'auront plus accès à des livres comme "Jean a deux mamans" ou "Le grand livre des familles".

Mais "La petite casserole d'Anatole", sur le thème du handicap, l'intemporel "Petit-bleu et petit-jaune", où deux amis, l'un jaune, l'autre bleu, deviennent verts au contact l'un de l'autre, ou encore "Ernest est malade", de la série "Ernest et Célestine", figurent aussi sur la liste de ces 49 titres mis à l'index.

Liugi Brugnaro, un entrepreneur dont l'élection le 15 juin a mis fin à près de 30 ans d'hégémonie de la gauche à Venise, avait promis pendant la campagne cette interdiction au motif que "ce sont les parents qui doivent éduquer les enfants sur ces choses, pas l'école".

"Vérifier sereinement"

En réaction, des associations ont lancé un marathon de lectures publiques pour faire connaître ces 49 livres en 49 jours. Plusieurs bibliothèques du pays ont mis ces ouvrages à l'honneur sur des présentoirs proclamant "Livres à l'index, soyez rebelles, lisez-les".

Dans un communiqué mercredi, le maire a assuré qu'il ne se laisserait pas "intimider", tout en précisant que faute de temps, il avait mis à l'index l'ensemble des 49 titres dont l'ancienne équipe municipale avait acheté un total de 1000 exemplaires début 2014.

Il s'agit pour l'instant "de vérifier sereinement, et en pleine connaissance de cause, lesquels sont adaptés, et surtout lesquels ne le sont pas, à des enfants de maternelle", a-t-il expliqué. Il a précisé qu'il lui faudrait auparavant "évaluer quelles sont les personnes les plus adaptées à cette sélection".

ATS