Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le majordome du pape, accusé d'être à l'origine de fuites de documents confidentiels, a été libéré de prison et assigné à domicile, a annoncé samedi le porte-parole du Vatican, le père Lombardi. Ses contacts avec l'extérieur seront "étroitement réglementés".

Arrêté le 23 mai en possession de documents ultra-confidentiels provenant de la correspondance privée du pape, Paolo Gabriele "résidera avec sa famille" au Vatican et ses contacts avec l'extérieur seront étroitement réglementés, a précisé le père Federico Lombardi. Mais "sa détention n'est plus nécessaire", a-t-il dit.

D'ici début août au plus tard, la justice vaticane décidera si un procès doit être ouvert contre le majordome, a ajouté le porte-parole.

Accusé de "vol aggravé"

Paolo Gabriele est accusé de "vol aggravé" pour avoir pris sur le bureau de son supérieur hiérarchique, Mgr Georg Gänswein, secrétaire particulier du pape, messages, lettres et mails ultra-secrets, dont certains adressés à Joseph Ratzinger, et les avoir photocopiés en secret pour les transmettre à l'extérieur du Vatican, notamment à des médias.

Depuis son arrestation, les investigations se poursuivent à deux niveaux: la commission de trois cardinaux, qui est investie de larges pouvoirs et rend compte directement au pape, et l'instruction judiciaire qui doit décider s'il convient de juger M. Gabriele. En cas de procès, le majordome risque entre un et six ans de prison. Le pape peut également décider de le gracier.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.

Rejoignez notre page Facebook en français!

ATS