Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

La situation sur le marché de l'emploi en Suisse a continué de s'améliorer en mai, grâce à la reprise saisonnière dans la construction, l'hôtellerie-restauration et le travail temporaire. Le taux de chômage a reculé en mai à 3%, contre 3,1% en avril.

"Ce reflux est dû uniquement à des effets saisonniers", a relevé jeudi Serge Gaillard, chef de la Direction du travail au Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). "Sur fond de franc fort et d'incertitudes économiques en Europe, le marché du travail en Suisse se révèle étonnamment stable", a-t-il poursuivi.

En dépit des perspectives de croissance plus optimistes qu'en début d'année, les experts de la Confédération s'attendent à une faible détérioration du marché du travail, celui-ci réagissant avec un certain retard à l'évolution de la conjoncture. Le SECO prévoit "en seconde moitié d'année une nouvelle légère hausse du chômage, corrigé des effets saisonniers", a indiqué M. Gaillard.

Suisse bonne élève

En comparaison internationale, la Suisse fait figure de bonne élève. Avec un taux de chômage de 11%, la zone euro a touché en avril un niveau jamais atteint depuis sa création en 1999.

En Suisse, l'ensemble des demandeurs d'emploi s'élevait à fin mai à 170'766 personnes, soit 5366 de moins que le mois précédent et 393 de moins en glissement annuel. Au total, 118'860 personnes étaient inscrites auprès des offices régionaux de placement (ORP), soit une décrue de 4298 sur un mois.

Embellie cantonale

Quant au chômage partiel, il a augmenté en mars, dernier mois pour lequel la statistique est disponible. Les réductions de l'horaire de travail ont touché 9402 employés, soit 547 de plus qu'au cours du mois précédent.

La plupart des cantons ont enregistré une embellie en mai. Le Valais affiche la diminution la plus marquée, soit de 0,4 point à 3,7%. Les cantons du Jura, de Vaud et de Fribourg présentent, eux, un reflux de 0,2 point à respectivement 3%, 4,9% et 2,5%. Neuchâtel a, de son côté, vu son taux de chômage fléchir de 0,1 point à 4,6%. Celui de Genève a stagné à 5,2%.

ATS