Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Kenya a commémoré le 2e anniversaire du massacre perpétré par les islamistes somaliens shebab dans le centre commercial Westagte de Nairobi. Un mémorial a été inauguré et des employés se sont recueillis sur les lieux, rouverts en juillet.

Le monument porte les noms des 67 personnes qui ont perdu la vie le 21 septembre 2013. Par ailleurs, lundi, des employés du supermarché Nakumatt, situé dans le centre commercial Westgate, ont prié et allumé des bougies en hommage aux victimes de l'attaque terroriste.

"Nous commémorons un moment durant lequel nous avons perdu beaucoup de nos amis, durant lequel le destin de beaucoup de nos amis a été brisé", a déclaré le pasteur Dennis Pamba.

"Bien qu'ils aient tué ces 67 personnes, ils n'ont jamais tué notre esprit", a souligné le responsable du supermarché, David Muturi. Ce dernier assure que "le Westgate est sûr". Ce centre commercial comprend plus de 80 boutiques et des salles de cinéma.

Dimanche, parents et amis des 67 victimes avaient prié devant le mémorial qui leur est dédié dans la forêt de Karura. Celle-ci est située à une dizaine de kilomètres du centre commercial.

Grenades et fusils d'assaut

Le 21 septembre 2013, un samedi à la mi-journée, quatre shebab avaient pris d'assaut le centre commercial, très apprécié par la clientèle expatriée et la classe moyenne kényane. Ils avaient lancé des grenades et fait usage de kalachnikovs sur les employés et les clients des nombreux magasins et restaurants.

Hommes, femmes et enfants allaient tomber sous les tirs. Une partie des clients et des employés avait cependant réussi à s'enfermer et à se cacher dans des magasins, avant de pouvoir être progressivement évacués.

Le commando s'était retranché dans le bâtiment. Il avait tenu tête quatre jours, avant de tomber sous les balles des forces de l'ordre kényanes. L'attaque avait été revendiquée par les shebab qui l'avaient présenté comme des représailles à l'intervention militaire du Kenya en Somalie pour les combattre.

ATS