Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le prévenu a abattu sa victime alors que cette dernière priait dans la mosquée. Le père de quatre enfants est mort sur le coup (archives).

KEYSTONE/ENNIO LEANZA

(sda-ats)

Un homme de 53 ans, reconnu coupable d'assassinat dans une mosquée de St-Gall, a été condamné jeudi à 18 ans de prison. En août 2014, il avait abattu un fidèle en pleine prière pour venger son frère.

Le tribunal de district de St-Gall a retenu l'assassinat pour ce Serbe d'origine albanaise. Le prévenu a préparé son acte et tué sa victime sans défense durant la prière du vendredi, estime-t-il. La défense demandait dix ans pour meurtre.

Le 22 août 2014, l'accusé s'était rendu à la mosquée "El-Hidaje", armé d'un pistolet. Lorsqu'il est arrivé sur les lieux, il s'est approché de sa victime, un père de quatre enfants, et l'a abattu de sept balles. La victime est morte sur le coup.

L'homme a reconnu les faits mais contesté les motifs qui l'ont poussé à tuer. Selon son avocat, il se sentait persécuté par sa victime. Celle-ci, un Suisse également d'origine albanaise, avait en effet poignardé le frère de l'accusé il y a 19 ans à Walenstadt (SG) dans une bagarre. L'homme avait toutefois été acquitté pour avoir agi par légitime défense.

Rendre justice lui-même

Le prévenu n'a jamais accepté ce verdict, a fait valoir le procureur lors du procès. Quelques semaines avant son acte, l'accusé a croisé sa victime, l'air en paix avec elle-même, sur un marché de leur pays d'origine. Il s'est senti à tel point provoqué qu'il a décidé de rendre justice lui-même, a expliqué le procureur. Les coups ont été tirés à la manière d'une exécution.

Interrogé par le juge, le prévenu a quant à lui affirmé qu'il avait pris le pistolet avec lui car l'homme lui aurait "dit qu'il voulait venir". Il s'est décidé à passer à l'acte seulement dix minutes avant de tirer.

L'expertise de médecine légale indiquait que les faits avaient bel et bien été planifiés. Une contre-expertise mandatée par la défense taxait elle la première de pas sérieuse.

En raison du fort intérêt médiatique, le procès de première instance s'est déroulé dans la salle d'audience du Tribunal cantonal de St-Gall. De nombreux policiers étaient sur place. Placé en détention, l'accusé purge actuellement une peine anticipée.

ATS