Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le mois dernier a été le mois d'août le plus chaud jamais enregistré sur la planète depuis le début des relevés de température en 1880, a annoncé jeudi l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA).

La température à la surface des océans a même été la plus élevée jamais enregistrée, a également indiqué la NOAA (National Oceanographic and Atmospheric Administration). Elle se situe 0,78°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle et bat de 0,04°C le record de juillet.

Juillet avait battu le record de chaleur sur un mois depuis 1880 à la surface des terres et des océans. Août a été le sixième mois en 2015 à battre un record de température mensuelle à la surface du globe après février, mars, mai, juin et juillet, a encore précisé l'agence.

En août, la température moyenne sur les terres et les océans était 1,14°C au-dessus de la moyenne du XXe siècle, ce qui en fait le troisième mois le plus chaud dans les annales. Le précédent record pour ce mois remontait à 1998, avec une température dépassant de 0,13°C la moyenne pour ce mois depuis 1880.

Le mercure a atteint des records plus particulièrement en Amérique du Sud, dans certaines parties de l'Afrique, au Moyen-Orient, en Europe et en Asie.

El Nino et effet de serre

Le fait que la température ait atteint un record en août à la surface des océans peut s'expliquer par la présence du courant chaud équatorial du Pacifique El Nino, réapparu en mars. Selon les dernières prévisions de la NOAA, il y a plus de 90% de chances qu'El Nino persiste dans l'hémisphère nord jusqu'en mars 2016.

En août, l'étendue des glaces arctiques a été 22,3% en dessous de la moyenne de la période 1981-2010, ce qui en a fait la quatrième plus faible superficie de la banquise arctique pour ce mois depuis 1979, date à laquelle les observations par satellite ont commencé. Dans l'Antarctique, la surface des glaces a été le mois dernier 0,5% inférieure à la moyenne de la période 1981-2010.

Les gaz à effet de serre émis dans l'atmosphère (CO2, méthane, etc.), qui contribuent à ce réchauffement, ont atteint des concentrations record en 2014, selon un rapport international publié en juillet par la NOAA.

Le Giec, un groupe d'experts internationaux du climat, a montré que "la température à la surface du globe a crû de près d'un degré Celsius depuis le début du XXe siècle, et jusqu'à 2,5°C dans certaines parties d'Afrique, d'Asie, d'Amérique du Nord et du Sud".

ATS