Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Montreux Jazz Festival (MJF) et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) ont présenté mardi le Montreux Jazz Heritage Lab. Ce module habitable permettra d'explorer en immersion les archives du MJF, soit 45 ans de concerts de jazz, blues et rock.

Comprenant pas moins de 1300 pièces de bois, ce module de sept mètres par huit peut accueillir quatre usagers. Doté d'un écran géant incurvé, l'intérieur se démarque par une table basse tactile interactive qui comporte un système de navigation très intuitif, a expliqué à l'ats Emmanuel Barraud, rédacteur scientifique à l'EPFL.

Le prototype démontre comment le numérique permet de voyager dans le patrimoine musical et d'évoquer des liens entre concerts et musiciens. Il propose également un accès à de nombreuses informations complémentaires.

"Cet écrin" est le résultat d'une recherche de l'EPFL et de l'ECAL-Lab. Elle a impliqué architectes, designers d'interaction, ingénieurs, ainsi que des chercheurs en acoustique et en traitement du signal, précisent les partenaires dans un communiqué.

Archives en cours de numérisation

L'expérience ouvre une voie nouvelle dans la valorisation des archives numériques. Elle rompt radicalement avec l'habituelle consultation d'archives, solitaire et statique, face à un écran plat. Pour l'instant, elle est réservée à un public limité de chercheurs, invités et sponsors.

Le module donne un écrin aux premiers résultats d'une initiative de longue haleine, le Montreux Jazz Digital Project. Il est réalisé sous la direction du centre MetaMedia de l'EPFL, dont l'un des objectifs est de superviser la numérisation des archives du MJF depuis 1967.

Ce patrimoine audiovisuel comprend plus de 5000 heures de concerts enregistrés avec les meilleurs moyens du moment. Lancée en 2011, sa numérisation réalisée à Paris est toujours en cours. Le processus est long, mais il a déjà bien avancé, a noté Emmanuel Barraud. Une fois numérisées, les bandes devront ensuite être "toilettées" à l'EPFL.

ATS