Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le climat de consommation en Suisse s'est légèrement amélioré entre octobre 2011 et janvier 2012, selon la dernière enquête trimestrielle du SECO. Cette timide embellie est due principalement à des attentes moins pessimistes pour les perspectives conjoncturelles.

L'indice s'est inscrit à -19 points en janvier, alors qu'il atteignait -24 points en octobre, a indiqué le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO). Il reste néanmoins en dessous de sa moyenne pluriannuelle.

Michael Grass, de l'institut BAK Basel, est surpris par les résultats de l'enquête du SECO. Selon l'expert, les chiffres montrent que la probabilité d'un scénario catastrophe pour la crise de la dette en zone euro a diminué. Pour autant il ne s'agit pas d'un retournement de tendance, constate-t-il.

Craintes pour l'emploi

Les appréciations portées sur l'évolution du chômage ont en revanche quasiment stagné à +71 points (+73 en octobre), tandis que celles liées aux futures possibilités d'épargne affichent une très légère amélioration à +22 points (+16).

Les estimations de la situation financière personnelle au cours des douze derniers mois (-10 points) et des possibilités actuelles d'épargne (+41 points) sont restées inchangées par rapport à la précédente enquête. Les appréciations concernant l'opportunité de procéder à de grosses dépenses ont quant à elles progressé, de +12 à +16.

Incertitudes élevées

Concernant l'inflation, les ménages interrogés par le SECO ont revu à la hausse leurs appréciations de l'évolution des prix au cours des douze derniers mois, à +10 en janvier, contre -6 en octobre.

Les attentes en ce qui concerne le renchérissement dans les douze mois à venir ont aussi été revues à la hausse, à +25 points, contre +11 en octobre.

ATS