Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) a mis en accusation sept personnes pour des activités présumées de blanchiment et de criminalité économique en lien avec l'appropriation présumée illicite d'une importante société énergétique tchèque. Quelque 600 millions de francs ont été saisis.

L'acte a été déposé auprès du Tribunal pénal fédéral, a indiqué lundi le MPC dans un communiqué. Les soupçons portent sur les infractions de blanchiment d'argent aggravé, de gestion déloyale, d'escroquerie et de faux dans les titres, précise-t-il. La société houillère tchèque en cause est partie civile à la procédure.

En juin 2005, le MPC a ouvert une procédure pénale en relation avec l'appropriation présumée illicite de la société énergétique par des membres de ses organes dirigeants au moyen des fonds de la société. Après six années d'enquête internationale financière complexe, le MPC considère que les soupçons établis sur la base des actes d'instruction sont suffisants pour engager l'accusation.

Durant la phase d'enquête, les autorités suisses et tchèques ont eu une "bonne collaboration" sur ce dossier, selon une porte-parole du MPC.

Plus de 100 comptes concernés

Le Ministère public reproche aux dirigeants de la société ainsi qu'à des tiers ayant participé à cette appropriation d'avoir mis sur pied une structure de sociétés particulièrement complexe dans différents pays, dont la Suisse, pour détourner à des fins privées des avoirs de la société, afin de leur permettre d'en devenir propriétaire sans débourser un centime, explique le MPC.

Selon l'accusation, une partie importante des avoirs a été transférée et blanchie en Suisse. Une centaine de comptes bancaires liés à ces agissements ont été identifiés et un montant d'une valeur totale d'environ 600 millions de francs suisses a été saisi de façon conservatoire.

Il n'est pas exclu qu'une entreprise basée en Suisse romande aurait joué un rôle central dans le détournement de fonds.

ATS