Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Le Ministère public de la Confédération (MPC) enquête sur un suspect supplémentaire dans l'affaire de la cellule de l'Etat islamique en Suisse. Il soupçonne ce quatrième coupable présumé de soutien à l'organisation criminelle.

Trois ressortissants irakiens incarcérés fin mars 2014 font déjà l'objet d'une procédure pénale. Confirmant à l'ats cette nouvelle enquête annoncée mercredi par les quotidiens Tages-Anzeiger et Der Bund, le MPC n'a pas livré de détails sur le quatrième suspect. Il n'a pas commenté les affirmations des journaux selon lesquels le quatrième terroriste présumé ne se trouve pas en détention.

Les trois autres suspects sont eux derrière les barreaux depuis près d'un an et demi. Outre le soutien à une organisation criminelle, le parquet les poursuit pour d'autres délits, dont la participation à un attentat de l'Etat islamique en Europe, ou encore l'emploi d'explosifs ou de gaz toxiques avec dessein délictueux. Les interrogatoires finaux des quatre hommes sont agendés cet automne.

Suspect en chaise roulante

L'enquête du MPC avait été déclenchée sur la base d'informations du Service de renseignement de la Confédération (SRC) qui avait été alerté par les services secrets d'un pays tiers qu'un groupe de l'Etat islamique planifiait un attentat. Sur la base de ces informations, l'un des suspects avait été mis sur écoute.

Cette personne handicapée, qui se déplace en chaise roulante, avait par le passé déposé une demande d'asile en Suisse. A plusieurs reprises, le Tribunal pénal fédéral (TPF) a rejeté les demandes de mise en liberté venant des trois hommes.

ATS