Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Face à la gravité de la situation en Syrie, le Conseil national a décidé d'adopter une déclaration appelant à un cessez-le-feu (archives).

KEYSTONE/EPA/YOUSSEF BADAWI

(sda-ats)

Le Conseil national condamne fermement les crimes de guerre en Syrie et demande au Conseil fédéral d'agir. C'est très nettement, par 116 voix contre 57 et 13 abstentions, qu'il a adopté lundi une proposition d'une commission. Seule l'UDC s'y est opposée.

Préoccupée par le conflit en Syrie, la commission de politique extérieure invitait le plénum à utiliser un article du règlement du Parlement qui permet au Conseil national de faire une déclaration sur un problème important de politique extérieure.

Le texte adopté appelle toutes les parties concernées à cesser immédiatement leur intervention militaire contraire au droit international et à retirer leurs troupes. Mais il reste volontairement vague sur les pays concernés. Il condamne avec la plus grande fermeté les nombreuses cruautés et violations des droits de l'homme commises dans le conflit syrien.

La déclaration lance aussi un appel au Conseil fédéral. Elle l'invite à faire tout ce qui est dans le pouvoir de la Suisse pour que l'ONU appelle à nouveau à un cessez-le-feu immédiat en Syrie et engage un processus de paix incluant toutes les parties au conflit, y compris les Kurdes.

La discussion a surtout porté sur la question-clé de la neutralité, "qui est une de nos priorités diplomatiques", a relevé Claude Beglé (PDC/VD) au nom de la majorité de la commission. Selon lui, une telle déclaration respecte la neutralité et permet à la Suisse d'être active, de faire pression dans la bonne direction. "C'est un devoir moral, au nom des valeurs de la Suisse".

Se taire, c'est participer

"Se taire, c'est participer en quelque sorte à ces atrocités", a renchéri Hans-Peter Portmann (PLR/ZH). "Etre neutre ne signifie pas se taire", a enchaîné Kathy Riklin (PDC/ZH). "En refusant cette déclaration, on lancerait un signal faux".

Carlo Sommaruga (PS/GE) a rappelé la gravité du conflit syrien, qui a fait 350'000 morts en 7 ans et 8 millions de personnes déplacées. Selon lui, adopter cette déclaration "est un acte de solidarité humaine".

Incompatible avec la neutralité

Seule l'UDC ne l'entendait pas de cette oreille et s'est opposée farouchement à l'adoption du texte. "C'est incompatible avec la neutralité intégrale à laquelle tient la population", a dit le Zurichois Roger Köppel. Selon lui et son parti, la Suisse ne doit pas s'ingérer dans les zones de conflit dans le monde. "La Suisse est un îlot de raison dans un océan de folie".

Autre argument avancé par M. Köppel: le risque de créer un précédent et qu'il ne faille utiliser cette possibilité pour tous les conflits humanitaires dans le monde. "Croire que par une déclaration, nous allons mettre fin à une guerre est un peu excessif", a ajouté Yvette Estermann (UDC/LU) au nom de la minorité de la commission. "Ce texte ne servirait à rien et risquerait même de nous nuire".

La Suisse en coulisses

Le ministre des affaires étrangères Ignazio Cassis s'est montré prudent: il n'a pas voulu prendre position sur la déclaration, car il s'agit d'une décision du Parlement. Il a néanmoins rappelé que le Conseil fédéral a critiqué clairement et en maintes occasions la guerre en Syrie.

M. Cassis a aussi souligné que la Suisse facilite les rencontres discrètes entre les parties prenantes au conflit et que ce rôle est grandement apprécié. "Mais la Suisse toute seule ne peut pas assurer la paix en Syrie".

L'adoption d'une telle déclaration par le Conseil national n'est pas courante. La dernière fois qu'il l'a fait, c'était en 2013. Il s'agissait alors du conflit fiscal avec les Etats-Unis. Il s'est également exprimé en 2004 au sujet de l'Euro 2008.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Sondage Suisses de l'étranger

Sondage: clavier et main close up

Suisses de l’étranger, donnez-nous votre avis

Meinungsumfrage

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS