Contenu externe

Le contenu suivant a été fourni par des partenaires externes. Nous ne pouvons ainsi pas garantir son accessibilité à tous les utilisateurs.

Il faudrait tester des solutions sur le terrain pour tenter de réduire la hausse des coûts de la santé (photo symbolique).

KEYSTONE/GAETAN BALLY

(sda-ats)

Il faudrait tester sur le terrain des projets-pilote ciblés pour réduire les coûts de la santé. Le National a tacitement accepté lundi une motion en ce sens de Heinz Brand (UDC/GR) avec la bénédiction du Conseil fédéral. La gauche s'y est opposée.

Le Grison, également président de la fédération des caisses maladie santésuisse, plaide pour permettre aux acteurs du système de santé de tester en vrai d'autres mécanismes, comme certaines propositions qui reviennent régulièrement sur la table. Il évoque par exemple le financement uniforme des prestations ou un assouplissement de l'obligation d'admission.

Actuellement, ce sont essentiellement les cantons qui ont le droit de prendre des mesures extraordinaires. Un article général de promotion de l'innovation permettrait d'inclure tous les acteurs dans le lancement de projets-pilote visant à trouver des solutions pour réduire les coûts de la santé.

Les essais se feraient dans quelques régions, sur une base volontaire et avec l'accord des acteurs de la santé concernés. Les assurés souhaitant participer à l'essai conserveraient tous leurs droits aux prestations et devraient comme aujourd'hui être obligatoirement admis dans une caisse d'assurance en cas de changement.

Alain Berset s'est déclaré en faveur de cette proposition, rappelant qu'elle faisait même partie des 38 mesures préconisées par le rapport d'experts présenté l'automne dernier. "A ce stade, c'est cohérent avec les mesures préconisées", a-t-il déclaré.

Inquiétude de la gauche

La gauche ne voit pas d'un bon oeil ce nouvel article expérimental. "Il faut surtout éviter que des projets-pilote créent des précédents", a mis en garde Barbara Gysi (PS/SG). Les essais ne doivent pas compromettre la solidarité sur laquelle se fonde la LAmal. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

En janvier, lors d’un colloque, Thomas Heiniger, président de la conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS), s'est montré lui aussi sceptique. Selon lui, les expérimentations n'ont pas leur place dans le système de la santé. Malgré tout, la CDS soutient l'article, en tous cas tant que les expérimentations ne créent pas de situation irréversible.

Neuer Inhalt

Horizontal Line


Rejoignez notre page Facebook en français!

subscription form - French

newsletter

Inscrivez-vous à notre newsletter gratuite et recevez nos meilleurs articles dans votre boîte mail.









ATS